THIBAUT DA CHAMPAGNE ROI DE NAVARRE

Poesie chansons

Citation
, XML
Autori
Wallensköld, A., Les chansons de Thibaut de Champagne, Roi de Navarre, Paris, 1925.
 
I, P 1, R 237   L240,43
Por conforter ma pesance
Faz un son.
Bons ert, se il m’en avance,
Car Jason,
Cil qui conquist la toison,
N’ot pas si grief penitance.
E ! é! é!
Je meïsmes a moi tence,
Car reson
Me dit que je faz enfance,
Quant prison
Tieng ou ne vaut raençon;
 Si ai mestier d’alejance.
E! é! é!
 
Ma dame a tel conoissance
Et tel renon
Que g’i ai mis ma fiance
jusqu’en son.
Meus aim, que d’autre amor don
Un regart, quant le me lance.
E! é! é!
 
Melz aim de li l’acointance
Et le douz non
Que le roiaume de France.
Mort Mahon!
Qui d’amer qiert acheson
Por esmai ne pour dotance!
E! é! é!
 
Bien ai en moi remenbrance
A conpaignon;
Touz jorz remir sa senblance
Et sa façon.
Aiez, Amors, guerredon!
Ne sosfrez ma mescheance!
E!é!é.’
 
Dame, j’ai entencion
Que vos avroiz conoissance.
E!é!é!
 


II, P. 3 R275   L240,20

De touz maus n’est nus plesanz

Fors seulement cil d’arner,

Mès cil est douz et poignanz

Et deliteus a penser

Et tant set biau conforter,

Et de granz biens i a tanz

Que nus ne s’en doit oster.

 

Fins amis obedianz,

Vueil a ma dame encliner.

Je ne puis estre dolanz,

Quant je oi de li parler;

Tant me plest a remenbrer,

Que de touz maus m’est garanz

Sa biauté a recorder.

 

Amors, quant vous m’avez mis

Lïé en vostre prison,

Melz ameroie estre ocis

Que g’eüsse raençon.

Tels maus est bien sanz reson

Qui me plest, quant me fet pis,

Ne ja n’en qier garison.

 

Quanque il vous est avis,

Dame, me senble reson;

Si m’a vostre amor sorpris

EI vostre plesant façon,

Et biautez a tel foison

Qui resplent en vostre vis

EI dès les piez jusqu’en son.

 

Se de vos peüsse avoir,

Dame, un pou plus biau senblant,

Je ne savroie voloir

Querre Dieu merci si grant,

Que de joie avroie tant

Que tuit autre honme, pour voir,

Seroient vers moi dolent.

 

Dame, ou touz mes biens atent,

Sachiez, quant vous puis veoir,

Nus n’a si joieus torment.

 

 

 

III, P6 R315   L240,30

Je ne voi mès nului qui gieut ne chant

Ne volentiers face feste ne joie,

Et pour ce ai je demoré longuement

Que n’ai chanté ensi corn je soloie,

Ne je n’en ai eü conmandement ;

Et pour ice, se je di folement

En ma chançon de ce que je voudroie,

Ne m’en doit on reprendre malement.

 

Grant pechié fet qui fin ami reprent,

N’il n’aime pas qui pour diz se chastoie;

Lt la coustume est tels de fin amant :

Plus pense a li, et il plus se desroie.

Qui en amor a tot cuer et talent,

Il   doit sousfrir bien et mal merciant,

Lt qui ensi nel fet, il se foloie,

Ne ja n’avra grant joie en son vivant.

 

Se m’aït Deus, onques ne vi nului

Tres bien amer qui s’en poïst retraire,

Et cil est fous et fel et plains d’ennui

Qui autrement veut mener son affaire.

Ha! s’avïez esté la ou je fui,

J)ouce dame, s’ainz riens d’amors conui,,

Vostre fins cuers, qui si pert debonaire,

Avroit merci, s’onques riens l’ot d’autrui.

 

Quant plus m’enchauce amors, et mains la fui ;

Cist maus est bien a touz autres contraire,

Car qui aime, ainz Deus ne fist celui

N’estuit souvent de ses maus joie faire.

De vos amer onques ne me recrui

Puis cele heure, dame, que vostres fui,

Que mes fins cuers vous fist tant a moi plaire,

Dont mau gré soi de ce que je l’en crui.

 

Si sui pensis que ne sai que je qier

Fors que merci, dame, s’il vous agree ;

Que bien savez ja n’iert en reprouvier

D’orgueilleus cuer bone chançon chantee.

Mès par pitié se doit on essaucier,

Ne ja orguels ne s’i doit herbegier

La ou il a d’amors tel renonmee,

Ainz doit le sien bien faire et avancier.

 

Chançon, di li que tot ce n’a mestier;

Que, s’ele avoit cent foiz ma mort juree,

Si m’estuet il remaindre en son dangier,

 

 

 

IV, P.9 R324   L240,26

Fueille ne flor ne vaut riens en chantant

Que por defaut, sanz plus, de rimoier

Et pour fere solaz vilaine gent

Qui mauvès moz font souvent aboier.

Je ne chant pas por aus esbanoier,

Mès por mon cuer fere un pou plus joiant,

Q’uns rnalades en guerist bien souvent

Par un confort, quant il ne puet mengier.

 

Qui voit venir son anemi corant

Pour trere a lui granz saetes d’acier

Bien se devroit destorner en fuiant

Et garantir, s’il pouoit, de l’archier;

Mais, quant Amors vient plus a moi lancier,

Et mains la fui, c’est merveile trop grant,

Q’ausic reçoif son coup entre la gent

Com se g’iere touz seus en un vergier.

 

Je sai de voir que ma dame aime cent

Et plus assez :  c’est pour moi corrocier.

Mais je l’aim plus que nule riens vivant,

Si me doint Deus son gent cors enbracier!

Ce est la riens que plus avroie chier,

Et, se j’en sui parjurs a escïent,

Qui me devroit traïner tout avant

Et puis pendre plus haut que un clochier.

 

 

Se je li di: “ Dame, je vous aim tant ”,

Ele dira je la vueil engingnier,

Ne je n’ai pas ne sens ne hardement

Qu’encontre li m’osasse desresnier.

Cuers me faudroit, qui me devroit aidier,

Ne parole d’autrui n’i vaut noient.

Que ferai je? Conseilliez moi, amant !

Li quels vaut melz, ou parler ou lessier ?

 

 

Je ne di pas que nus aint folement,

Que li plus fous en fet melz a prisier,

Mès granz eürs i a mestier souvent

Plus que n’a sens ne reson de pledier.

De bien amer ne puet nus enseignier

Fors que li cuers, qui done le talent.

Qui plus aime de fin cuer loiaument,

Cil en set plus et mains s’en set aidier.

 

Dame, merci ! Vueilliez cuidier itant

Que je vous aim ; riens plus ne vous demant.

Vez le forfet dont je vous vueil proier !

 

 

 

V, P.12 R360   L240,36

Li rosignous chante tant

Que morz chiet de l’arbre jus;

Si bele mort ne vit nus,

Tant douce ne si plesant.

Autresi muir en chantant a hauz criz,

Que je ne puis de ma dame estre oïz,

N’ele de de moi pitié avoir ne daigne.

 

Chascuns dit q’il aime tant

C’onques si fort n’ama nus.

Ce fet les amanz confus

Que trop mentent li truant;

Mès dame doit conoistre a leur faus diz

Que de toz biens s’est leur faus cuers partiz,

N’il n’est pas droiz que pitiez leur en praingne.

 

Onques fierté n’ot si grant

Vers Pompee Julius

Quc ma dame n en ait plus

Vers moi, qui muir desirrant.

Devant li est touz jorz mes esperiz

Et nuit et jor li crie mil merciz,

Besant ses piez, que de rnoi li souviengne.

 

J’en trerai Dieu a garant

Et touz les sainz de lasus

Que, se nus puet amer plus,

Que je n’aie amendement

Ne ja de vous ne soie mès oïz,

Ainz me tolez voz debonaires diz

Et me chaciez com beste de montaingne.

 

Je ne cuit pas que serpent

N’autre beste poigne plus

Que fet Amors au desus;

Trop par sont si coup pesant.

Plus tret souvent que Turs ne Arrabiz,

N’onques oncor Salemons ne Daviz

Ne s’i tindrent ne q’uns fous d’Alemaigne.

 

N’est merveille se je sui esbahiz,

Que li conforz me vient si a enviz

Que je dout mout que touz biens ne sousfraigne.

 

Dame, de vous ne puis estre partiz,

Si vous en jur les grez et les merciz

Que je atent c’oncor de vous me viengne.

 

Mainz durs assauz m’avra Amors bastiz.

Chançon, va tost et non pas a enviz

Et salue nostre gent de Champaigne! 

 

 

 

VI, P.16 R407  L240,14

De bone amor vient seanee et bonté,

Et amors vient de ces deus autresi.

Tuit troi sunt un, qui bien i a pensé ;

Ja a nul jor ne seront departi.

Par un conseil ont ensenble establi

Li coreor, qui sont avant alé :

De mon cuer ont fet leur chemin ferré;

Tant l’ont usé, ja n’en seront parti.

 

Li coreor sunt la nuit en clarté

Et le jor sont por la gent oscurci :

Li douz regart plesant et savoré,

La granz biautez et li bien que g’i vi;

N’est merveille se je m’en esbahi.

De li a Deus le siede enluminé,

Car qui avroit le plus biau jor d’esté,

Lez li seroit oscurs a plain midi.

 

En amor a paor et hardement:

Li dui sont troi et du tierz sont li dui,

Et grant valeur est a eus apendant,

Ou tout li bien ont retret et refui.

Por c’est Amors li hospitaus d’autrui

Que nus n’i faut selonc son avenant.

G’i ai failli, dame, qui valez tant,

A vostre ostel, si ne sai ou je sui.

 

Or n’i a plus fors qu’a li me conmant,

Car touz biens fez ai lessié pour cestui

Ma bele joie ou ma rnort i atent,

Ne sai le quel, dès que devant li fui.

Ne me firent Iors si oeil point d’ennui,

Ainz me vindrent ferir si doucement

Par mi le cuer d’un amoreus talent

Oncore i est li cous que j’en reçui.

 

Li cous fu granz, il ne fet qu’enpoirier,

Ne nus mires ne m’en porroit saner,

Se cele non qui le dart fist lancier.

Se de sa main i daignoit adeser,

Bien en porroit le coup rnortel oster

A tout le fust, dont j’ai grant desirrier

Mès la pointe du fer n’en puet sachier,

Qu’ele bruisa dedenz au cop doner.

 

 

Dame, vers vous n’ai autre messagier

Par cui vous os mon corage envoier

Fors ma chançon, se la volez chanter.

 

 

VII, P. 20  R510  L240,56

Une  dolor enossee

S’est dedenz mon cuer

Que je ne puis oster fuer

Por nule riens qui soit nee ;

C’est dolor d’amors,

Dont n’ai confort ne secors,

Ainz cuit ce que j’aim me hee.

 

Dolenté desesperee

Doit on geter puer,

Ne je ne vueil a nul fuer

Qu’ele soit en moi entree.

Melz aim mes dolors

Sousfrir et les granz poors,

Que sousfrir vaint consieurree.

 

Dame, ainz ne m’osai conplaindre

A vous tant ne quant,

Que vostre biauté tres grant

Fet mon sens el cuer estaindre,

Si que n’ai pouoir

De vous dire rnon voloir;

Por tant puet touz jorz remaindre.

 

Bien voi que n’i puis ataindre

Par nul mandement,

N’en qier, voir, parler avant

Ne aillors ne m’en vueil plaindre;

Ainz atendrai, voir,

Sa merci de dur voloir,

Se pitiez ne la fet fraindre.

 

N’os entrer en son repaire,

Tant dout son corroz.

As sospirs et as sangloz

M’en tieng, que n’en puis plus faire;

Ainz vois aorant

Le leu et merci criant

Conme a un haut saintuaire.

 

Dame, cui j’aim tant,

Quelque bien en delaiant

Me donnez por plus atraire.

 

Bernart, cil qui sent

Mes maus et merci n’atent

Trop a ennui et contraire.

 

 

VIII, P. 23    R523  L240,45

Por mau tens ne por gelee

Ne por froide matinee

Ne por nule autre riens nee

Ne partirai ma pensee

D’arnors que j’ai,

Que trop l’ai amee

De cuer verai.

Valara !

 

Bele et bionde ct coloree,

Moi plest quanq’il vous agree.

He, Deus! car me fust donee

L’arnor que vous ai rouvee!

Quant prierai,

S’ele m’est veee,

Je me morrai.

Valara!

 

Dame, en la vostre baillie

Ai mis mon cors et ma vie.

Por Deu, ne m’ocïez mie!

La ou fins cuers s’umilie

Doit on trouver

Merci et aïe

Pour conforter.

Valara!

 

Dame, faites cortoisie!

Plaise vos que en ma vie

Iceste parole die :

Ma bele, tres douce amie

Vos os nonmer,

C’onques n’oi envie

D’autrui amer.

Valara!

 

Onques jor ne me soi plaindre,

Tant seroit ma dolor graindre;

Ne d’amer ne me sai faindre,

Ne mes maus ne puis estaindre,

Se je ne di

Que touz vueil remaindre

En sa merci.

Valara!

 

Trop seroit fort a estaindre

Chançons de li ;

L’amors est a fraindre,

Dont pens a li.

Valara!

 

 

 

IX, P.26  R711  L240,51

Tant ai amors servies longuement

Que dès or mès ne m’en doit nus reprendre

Se je m’en part. Ore a Dieu les conmant,

Qu’en ne doit pas touz jorz folie enprendre;

Et cil est fous qui ne s’en set desfendre

Ne n’i conoist son mal ne son torment.

On me tendroit dès or mès per enfant,

Car chascuns tens doit sa seson atendre.

 

Je ne sui pas si Com cele autre gent

Qui ont amé, puis i vuelent contendre

Et dïent mal par vilain mautalent.

On ne doit pas seigneur servise vendre

Ne vers Amors mesdire ne mesprendre;

Mès qui s’en part parte s’ern bonement.

Endroit de rnoi vueil je que tuit amant

Aient grant bien, quant je plus n’i puis prendre.

 

Arnors m’a fet grant bien enjusqu’ici,

Qu’ele m’a fet amer sanz vilanie

La plus tres bele et la meilleur ausi,

Au mien cuidier, qui onques fust choisie.

Amors le veut et ma dame m’en prie

Que je m’en parte, et je mult l’en merci.

Quant par le gré ma dame m’en chasti,

Meilleur reson n’ai je a ma partie.

 

Autre chose ne m’a Amors meri

De tant com j’ai esté en sa baillie,

Mès bien m’a Deus par sa pitié guerì,

Quant delivré m’a de sa seignorie.

Quant eschapez li sui sanz perdre vie,

Ainz de mes euz si bone heure ne vi,

Si cuit je fere oncor maint jeu parti

Et maint sonet et mainte raverdie.

 

Au conmencier se doit on hien garder

D’entreprendre chose desmesuree,

Mès bone amor ne let honme apenser

Ne bien choisir ou mete sa pensee.

Plus tost aime on en estrange contree,

Ou on ne puet ne venir ne aler,

Qu’on ne fet  ce qu’on puet toz jorz trouver;

Issi est bien la folie esprouvee.

 

Or me gart Deus et d’arnor et d’amer

Fors de Celi, cui on doit aourer,

Ou on ne puet faillir a graut soudee.

 

 

 

X, P. 31   R714  L240,22

Douce dame, tout autre pensement,

Quant pens a vous, oubli en mon corage.

Dès que vous vi des euz premierement,

Ainz puis Amors ne fu de moi sauvage;

Ançois m’a plus traveillié que devant.

Pour ce voi bien que garison n’atent,

Qui m’assoage,

Fors seul de vos remirer

Des euz du cuer en penser.

 

Se je ne puis vers vos aler souvent,

Ne vos poist pas, bele, cortoise et sage,

Que je me dot forment de male gent

Qui devinant avront fait maint damage;

Et se je faz d’aillors amer senblant,

Sachiez que c’est sanz cuer et sanz talent,

S’en soiez sage;

Et s’il vous devoit peser,

Gel leroie ançois ester.

 

Sanz vos ne puis, dame, ne je ne qier,

Ne ja d’autrui Deus ne me doint mès joie!

Car jaim mult melz estre en vostre dangier

Et sousfrir mal qu’autre bien, se l’avoie.

Ha! si bel oeil riant a l’acointier

M’i firent si mon corage changier;

Que je soloie

Blasmer et despire amors;

Ore en sent mortieus dolors.

 

Si grant biauté com s’i pot acointier

En cortois sens, qui son gent cors mestroie,

Ja li fist Deus por fere merveillier

Touz ceus a qui ele veut fere joie.

Nul outrage, dame, je ne vous qier

Fors seul itant que daignissiez cuidier

Que vostres soie;

Mult me seroit granz secors

Et esperance d’amors.

 

Ainz riens ne vi en li ne m’ait navré

D’un coup parfont a si tres douce lance:

Front, bouche et nés, euz, vis frès coloré,

Mains, chief et cors et bele contenance.

Ma douce dame, et quant les reverré,

Mes anernis, qui si fort m’ont grevé

Par leur puissance

C’ainz mès nus hons ne fu vis

Tant amast ses anemis?

 

Chançon, va t’en a celi que bien sé

Et si li di por poor ai chanté

Et en doutance;

Mes droiz est que fins arnis

Soit a sa dame ententis.

 

 

 

XI, P. 34   R741  L240,54

Tuit mi desir et tuit mi grief torment

Viennent de la ou sont ttiit mi pensé.

Grant poor ai, pour ce que toute gent

Qui ont veü son gent cors acesmé

Sont si vers li de bone volenté.

Nès Deus l’aime, gel sai a escïent;

Grant merveille est, quant il s’en suesfre tant.

 

Touz esbahiz m’obli en rnerveillant

Ou Deus trouva si estrange biauté;

Quant il la mist ça jus entre la gent,

Mult nous en fist grant debounereté.

Trestout le mont en a enluminé,

Qu’en sa valor sont tuit li bien si grant;

Nus ne la voit ne vous en die autant.

 

Bone aventure aviengne fol espoir,

Qui rnainz amanz fet vivre et resjoïr!

Desperance fet languir et doloir,

Et mes fous cuers me fet cuidier guerir;

S’il fust sages, il me feïst morir.

Pour ce fet bon de la folie avoir,

Qu’en trop grant sens puet il bien mescheoir.

 

Qui la voldroit souvent ramentevoir,

ja n’avroit mal ne l’esteüst guerir,

Car ele fet trestoz ceus melz valoir

Cui ele veut belement acoillir.

Deus! tant me fu grief de li departir!

Amors, merci! Fetes li a savoir:

Cuers qui n’ainme ne puet grant joie avoir.

 

Souviengne vous, dame, du douz acueil

Qui ja fu fez par si grant desirrier,

Que n’orent pas tant de pouoir mi oeil

Que je vers vous les osasse lancier;

De ma bouche ne vos osai prïer,

Ne poi dire, dame, ce que je vueil;

Tant fui coarz, las, chetis! q’or m’en dueil.

 

Dame, se je vos puis rnès aresnier,

Je parlerai mult melz que je ne sueil,

S’Arnors me let, qui trop me rnaine orgueil.

 

Chançon, va t’en droit a Raoul noncier

Qu’il serve Amors et face bel acueil

Et chant souvent com oiselez en brueil.

 

 

 

XII, P. 38  R808   L240,19

De nouviau m’estuet chanter

El tens que plus sui rnarriz.

Quant ne puis merci trouver,

Bien doi chanter a enviz;

Ne je n’os a li parler;

De ma chançon faz mesage,

Que tant est cortoise et sage

Que ne puis aillors penser. ~

 

Se je peüsse oublïer

Sa biauté et ses bons diz

Et sori tres douz esgarder,

Bien peüsse estre gueriz;

Mès n’en puis mon cuer oster,

Tant i pens de fin corage.

Espoir s’ai fet grant folage,

Mès moi l’estuet endurer.

 

Chascuns dit q’il muert d’amor,

Mès je n’en qier ja morir.

Melz aim sousfrir ma dolor,

Vivre et atendre et languir,

Qu’ele me puet bien merir

Mes maus et ma consieurree.

N’aime pas a droit qui bee

Q’il l’en porroit avenir.

 

Dame, qui a grant poor

Souvent l’estuet esbahir

Et penser a tel folor

Dont je ne me puis tenir.

S’il est a vostre plesir,

S’iert bien ma paine sauvee,

Que sol de la desirree

Me fet rnon cuer resbaudir.

 

Nus ne puet grant joie avoir

S’il ne ra des rnaus apris.

Qui touz jorz fet son voloir

A poine ert ja fins amis.

Pour ce fet Amors doloir

Qu’ele veut guerredon rendre

Ceus qui bien sevent atendre

Et servir a son voloir.

 

Dame, de tout mon pouoir

M’otroi a vous sanz contendre,

Que sanz vous ne me puet rendre

Nus biens ne ne puet valoir.

 

 

 

XIII, P. 41   R884  L240,39

Nus hons ne puet ami reconforter

Se cele non ou il a son cuer mis.

Por ce m’estuet souvent plaindre et plorer,

Que nus conforz ne me vient, ce m’est vis,

De la ou j’ai toute ma remenbrance.

Por bien amer ai sovente esmaiance

A dire voir.

Dame, merci! Donez moz esperance

De joie avoir!

 

Je ne puis pas souvent a li parler

Ne remirer les biaus euz de son vis.

Ce poise moi que je n’i puis aler,

Car adès est mes cuers la ententis.

Hé, bele riens, douce sanz conoissance

Car me metez cn meilleur atendance

De bon espoir !

Dame, merci! Donez moi esperance

De joie avoir!

 

Je ne sai tant vers li merci crïer

Qu’ele ne cuit que je soie faintis,

Que tante gent se sont pris au guiler

Qu’a paine ert mès coneüz fins amis.

Ice m’ocit, ice me desavance,

Ice me tout ma joie et ma fiance

Et fet doloir.

Darne, merci! Donez moi esperance

De joie avoirl

 

Aucuns i a qui me seulent bIasmer,

Quant je ne di a qui je sui amis,

Mès ja, dame, ne savra mon penser

Nus qui soit nez, fors vous, cui je le dis

Coardement, pooros, en dotance.

Vos poïstes lors bien a ma senblance

Mon cuer savoir.

Dame, merci! Donez moi esperance

De joie avoir!

 

Amors, de vos me vueil du tout clamer,

Car en vous est trestouz li larrecins.

Trop savez bien le cuer d’un honme enbler,

Mès du rendre n’est il termes ne fins,

Ainz le tenez esmaiant en balance.

Amors, en vous ai fet ma remenbrance

De mon voloir.

Dame, merci! Donez moi esperance

De joie avoir!

 

Chançon, va t’en a Nantueil sans faillance!

Phelipe di que, s’il ne fust de France,

Trop puet valoir.

Dame, merci! Donez moi esperance

De joie avoir!

 

 

 

XIV, P. 45   R906  L240,52

Tout autresi con fraint nois et yvers,

Que vient estez, que li douz tens repaire,

Deüst fraindre li faus prïerres sers

Et fins amis amender son afaire;

Et je dot mult q’il ne me soit divers,

Se il touz est aus autres debonaire;

Mès tant me fi la ou biautez repaire,

Q’aÿmanz sui, se tout n’est vers moi fers.

 

Par Dieu, Amors, ainz serai vains et pers

Et plus destroiz que cil qui porte haire

Que ne sache de vos un autre vers

Que n’est icil qui tant me fet mal traire.

Ne soiez pas con li cines c’adès

Bat ses cisniaus, quant il lor doit melz faire,

Quant il sont grant et il vient a son aire,

Et a premiers les a norriz et ters.

 

Nule paine, qui guerredon atent;

C’est aese, qui bien le set entendre.

Car qui adès veut fere son talent,

On i puet bien mainte chose reprendre.

Tel chevauchent mult acemeement

Qui ne sevent leur grant honor atendre.

En Amors a maint guerredon a prendre

Dont el puet bien son dru faire joiant.

 

Certes, dame, bien cuit a escïent

N’i doi perdre, se ne m’i puis desfendre.

De vos amer me va Amors hastant,

Que je me claim vaincu sanz plus coup rendre;

Et vos tenez le baston en estant,

Si fetes tant c’on ne vos puist reprendre

Et je vos vueil avuec itant aprendre:

Se m’ocïez, n’i gaaigniez noient.

 

Enviz prent nus nul oiselet au broi

Q’il nel mehaint ou ocie ou afole,

Et Amors prent tout autretel conroi

De mult de ceus qu’ele tient a s’escole;

Gent les atret, si leur moustre pour quoi;

A premiers est chascuns si liez q’il vole.

Mult m’atrest bel, mès ci me faut parole,

Car vos dirai de qui ce poise moi.

 

Chançon, va t’en cele part ou je voi

Douz cuer au mains, que que die en parole;

Et se mi oeil sont loing, ice m’afole,

Mès je me fi tout adès en ma foi.

 

 

 

XV, P.48    R1268  L240,2

Amors me fet conmencier

Une chançon nouvele,

Qu’ele me veut enseignier

A amer la plus bele

Qui soit el mont vivant

C’est la bele au cors gent,

C’est cele dont je chant.

Deus m’en doint tel nouvele

Qui soit a mon talent!

Que menu et souvent

Mes cuers por li sautele.

 

Bien me porroit avancier

Ma douce dame bele,

S’ele me voloit aidier

A ceste chançonele.

Je n’aim nule riens tant

Conme li seulement

Et son afetement,

Qui mon cuer renouvele.

Amors me lace et prent

Et fet lié et joiant,

Por ce qu’a soi m’apele.

 

Qant fine amor me semont,

Mult me plest et agree,

Que c’est la riens en cest mont

Que j’ai plus desirree.

Or la m’estuet servir

-Ne m’en puis plus tenir –

Et du tout obeïr

Plus qu’a riens qui soit nee.

S’ele me fet languir

Et vois jusqu’au morir,

M’ame en sera sauvee.

 

Se la mieudre de cest mont

Ne m’a s’amor donee,,

Tuit li amoreus diront

Ci a fort destinee.

S’a ce puis ja venir

Qu’aie, sanz repentir,

Ma joie et mon plesir

De li, qu’ai tant amee,

Lors diront, sanz mentir,

Qu’avrai tout mon desir

Et ma queste achevee.

 

Cele pour qui souspir.

La bionde coloree,

Puet bieu dire et gehir

Que por li, sanz mentir,

S’est Amors mult hastee.

 

 

 

XVI, P. 51   R1397  L240,25

En chantant vueil ma dolor descouvrir,

Quant perdu ai ce que plus desirroie.

Las! si ne sai que puisse devenir,

Que m’amors est ce dont g’espoire joie;

Si m’estouvra a tel dolor languir,

Quant je ne puis ne veoir ne oïr

La bele riens a qui je m’atendoie.

 

Quant m’en souvient, grief en sont li souspir,

Et c’est toz jorz, ne ja n’en recrerroie.

Por li m’estuet mainte gent obeïr,

Que je ne sai se nus va cele voie;

Mès, se nus puet a bone amor venir

Par bien amer et loiaument servir,

Ce sai de voir qu’encore en avrai joie.

 

Mi chant sont tuit plain d’ire et de dolor

Por vos, dame, que je ai tant amee,

Que je ne sai se je chant ou je plor;

Ensi m’estuet sousfrir ma destinee.

Mès, se Deu plest, oncor verrai le jor

Qu’Amors sera changiee en autre tor,

Si vos donra vers moi meillor pensee.

 

Souviengne vos, dame, de fine amor,

Que loiautez ne vos ait oublïee,

Que je me fi tant en vostre valor

Qu’adès m’est vis que merci ai trouvee,

Et ne por quant je muir et nuit et jor!

Or vous doint Deus, pour oster ma dolor,

Que par vos soit m’ire reconfortee!

 

Dame, bien vueil que vous sachiez de voir

Conques par moi ne fu mès dame amee,

Ne ja de vous ne me qier mès mouvoir

Mon cuer i ai et m’entente atornee.

Je n’ai mestier, dame, de decevoir,

Que de tel mal ne me sueil pas doloir.

Ne m’esfreez, s’il vous plest, a l’entree!

 

Chançon, va t’en, garde ne remanoir!

Prie celi qui plus i a pooir

Que tu soies souvent par li chantee.

 

 

 

XVII, P. 53    R1440  L240,28

Je me cuidoie partir

D’Amors, mès riens ne me vaut.

Li douz maus du souvenir,

Qui nuit et jor ne m’i faut,

Le jor m’i fet maint assaut,

Et la nuit ne puis dormir,

Ainz plain et pleurb et souspir.

Deus! tant art quant la remir,

Mès bien sai q’il ne l’en chaut.

 

Nus ne doit Amors traïr

Fors que garçon et ribaut;

Et, se n’est par son plesir,

Je n’i voi ne bas ne haut;

Ainz vueil qu’ele me truist baut

Sanz guiler et sani mentir;

Mès se je puis consivir

Le cerf, qui tant puet fouir,

Nus n’est joianz a Thiebaut.

 

Li cers est aventureus

Et si est blans conme nois

Et si a les crins andeus

Plus sors que or espanois.

Li cers est en un defois

A l’entrer mult perilleus

Et si est gardez de leus:

Ce sont felon envïeus

Qui trop grievent aus cortois.

 

Ainz chevaliers angoisseus

Qui a perdu son hernois,

Ne vielle qui art li feus

Mesons, vignes, blez et pois,

Ne chacierres qui prent sois,

Ne leus qui est fameilleus

N’est avers moi dolereus,

Que je ne soie de ceus

Qui aiment deseur leur pois.

 

Dame, une riens vous demant:

Cuidiez vous que soit pechiez

D’ocirre son vrai amant?

Oïl, voir! bien le sachiez!

S’il vos plest, si m’ocïez,

Que je le vueil et creant,

Et se melz m’amez vivant,

Je le vos di en oiant,

Mult en seroie plus liez.

 

Dame, ou nule ne se prent,

Mès que vos vueilliez itant

C’un pou i vaille pitiez!

 

Renaut, Phelippe, Lorent,

Mult sont or li mot sanglent

Dont couvient que vos rïez.

 

 

 

 

XVIII, P. 58   R1467  L240,18

De ma dame souvenir

Fet Amors lié mon corage,

Qui me fet joiant morir,

Si la truis vers moi sauvage.

La bele que tant desir

Fera de moi son plesir,

Que touz sui siens sanz faussex

Nus ne puet trop acheter

Les biens qu’AMors set doner.

 

Bele et bone, a vos servir

Vueil estre tout mon aage,

Si sui vostres sanz faillir

Et de cuer et de corage.

Car me daigniez retenir,

Amors, par vostre plesir!

Fetes li de moi menbrer!

Nus ne puet trop acheter

Les biens qu’Amors set doner.

 

Une costume a Amors,

Qui ami forment guerroie:

Plere li fet ses dolors.

Ce me senble, por la moie,

Que nus biens ne puet d’aillors

Venir fors du haut secors

Qu’en li me doint Deus trouver.

Nus ne puet trop acheter

Les biens qu’Amors set doner.

 

Et qui ses tres granz valors

Recorderoit, toute voie

Est de sor les meillors;

Qu’adès m’estuet que la voie

Et que sa fresche colors

Soit en mon cuer mireors.

Deus! con s’i fet biau mirer!

Nus ne puet trop acheter

Les biens qu’Amors set doner.

 

Atendre m’estuet ensi,

Si m’est vis que je foloie.

Ja n’i cuit trouver merci,

Si feré, voir, toute voie;

Qu’en ma dame trop me fi,

Ne je n’ai pas deservi

Que si me doie grever.

Nus ne puet trop acheter

Les biens qu’Amors set doner.

 

Chançon, va t’en tost et di

A Blazon, a mon ami,

Que il te face chanter!

Nus ne puet trop acheter

Les biens qu’Amors set doner.

 

 

 

XIX, P. 61   R1469  L240,35

Li douz penser et li douz souvenir

M’i font mon cuer esprendre de chanter,

Et fine Amor, qui no m’i let durer,

Qui fet les siens en joie maintenir

Et met es cuers la douce remenbrance.

Pour c’est Amors de trop haute poissance,

Qui en esmai fet honme resjoïr

Ne pour doloir nel let de li partir.

 

Sens et honor ne puet nus maintenir,

S’il n’a en soi senti les maus d’amer,

N’a grant valor ne puet pour riens monter,

N’onques oncor nel vit mis avenir;

Pour ce vous pri, d’Amors droite senblance,

C’on ne s’en doit partir pour esmaiance,

Ne ja de moi nou verroiz avenir,

Que touz parfez vueil en amors morir.

 

Dame, se je vos osasse prïer,

Mult me seroit, ce cuit, bien avenu,

Mès il n’a pas en moi tant de vertu

Que devant vous vous os bien aresnier;

Ice me font et m’ocit et m’esmaie.

Vostre biauté fet a mon cuer tel plaie

Que de mes euz seul ne me puis aidier

Dou regarder dont je ai desirrier.

 

Quant me couvient, dame, de vous loignier,

Onques, certes, plus dolenz hons ne fu;

Et Deus feroit, ce croi, pour moi vertu,

Se je jamès vous pouoie aprochier;

Que touz les biens et touz les maus que j’aie

Ai je de vous, douce dame veraie,

Ne ja sanz vous nus ne me puist aidier!

Non fera il, q’il n’i avroit mestier.

 

Ses granz biautez, dont nus hons n’a pouoir

Q’il en deïst la cinqantisme part,

Li dit plesant, li amoreus regart

M’i font souvent resjoïr et doloir.

 

Joie en atent, que mes cuers a ce bee,

Et la poors rest dedenz moi entree.

Ensi m’estuet morir par estouvoir

En grant esmai, en joie et en voloir.

 

Dame, de qui est ma granz desirree,

Saluz vos mant d’outre la mer salee,

Conme a celi ou je pens main et soir;

N’autres pensers ne me fet joie avoir.

 

 

 

XX, P.64   R 1476  L240,7

Chanter m’estuet, que ne m’en puis tenir,

Et si n’ai je fors qu’ennui et pesance;

Mès tout adès se fet bon resjoïr,

Qu’en fere duel nus del mont ne s’avance.

Je ne chant pas com hons qui soit amez,

Mès com destroiz, pensis et esgarez;

Que je n’ai mès de bien nule esperance,

Ainz sui toz jorz a parole menez.

 

Je vous di bien une riens sanz mentir:

Qu’en Amors a eür et grant cheance.

Se je de li me poïsse partir,

Melz me venist qu’estre sires de France.

Ore ai je dit coni fous desesperez:

Melz aim morir recordant ses biautez

Et son grant sens et sa douce acointance

Qu’estre sires de tout le mont clamez.

 

Ja n’avrai bien, gel sai a escïent,

Qu’Amors me het et ma Dame m’oublie,

S’est il resons, qui a amer entent,

Q’il ne dout mort ne paine ne folie.

Puis que me sui a ma dame donez,

Amors le veut, et quant il est ses grez,

Ou je morrai ou je ravrai m’amie,

Ou ma vie n’iert mie ma santez.

 

Li Fenix qiert la busche et le sarment

En quoi il s’art et gete fors de vie.

Ausi quis je ma mort et mon torment,

Qant je la vi, se pitiez ne m’aïe.

Deus! tant me fu li veoirs savorez

Dont j’avrai puis tant de maus endurez

Li souvenirs me fet morir d’envie

Et li desirs et la granz volentez.

 

Mult est Amors de merveilleus pouoir,

Qui bien et mal fet tant com li agree.

Moi fet ele trop longuement doloir;

Resons me dit que g’en ost ma pensee.

Mès j’ai un cuer, ains teus ne fu trouvez;

Touz jorz me dit “Amez! amez! amez!”

N’autre reson n’iert ja par lui moustree,

Et j’amerai, n’en puis estre tornez.

 

Dame, merci! qui touz les biens savez.

Toutes valors et toutes granz bontez

Sont plus en vous qu’en dame qui soit nee.

Secourez moi, que fere le poëz!

 

Chançon, Phelipe, a mon ami, courez!

Puis que il s’est dedenz la cort boutez,

Bien est s’amors en haïne tornee;

A paine ert ja de bele dame amez.

 

 

 

 

XXI, P. 68   R1479  L240,53

Tout autresi con l’ente fet venir

Li arrousers de l’eve qui chiet jus,

Fet bone amor nestre et croistre et florir

Li ramenbrers par coustume et par us.

D’amors loial n’iert ja nus au desus,

Ainz li couvient axi desouz maintenir.

Por c’est ma douce dolor

Plaine de si grant poor,

Dame, si faz grant vigor

De chanter, quant de cuer plor.

 

Pleüst a Dieu, pour ma dolor garir,

Qu’el fust Tisbé, car je sui Piramus;

Mès je voi bien ce ne puet avenir

Ensi morrai que ja n’en avrai plus.

Ahi, bele! con sui pour vous confus!

Que d’un qarrel me venistes ferir,

Espris d’ardant feu d’amor,

Quant vos vi le premier jor.

Li ars ne fu pas d’aubor,

Qui si trest par grant douçor.

 

Dame, se je servisse Dieu autant

Et priasse de verai cuer entier

Con je faz vous, je sai certainement

Qu’en Paradis n’eüst autel loier;

Mès je ne puis ne servir ne prïer

Nului fors vous, a qui mes cuers s’atent,

Si ne puis apercevoir

Que ja joie en doie avoir,

Et si ne vos puis vooir

Fors d’euz dos et de cuer noir.

 

La prophete dit voir, qui pas ne ment,

Que en la fin faudront li droiturier,

Et la fins est venue voirement,

Que cruautez vaint merci et prïer,

Ne servises n’i puet avoir mestier,

Ne bone amor n’atendre longuement,

Ainz a plus orgueus pouoir

Et beubanz que douz vouloir,

N’encontre Amor n’a savoir

Q‘atendue sanz espoir.

 

Aygles, sanz vos ne puis merci trouver.

Bien sai et voi qu’a touz biens ai failli,

Se vous ensi me volez eschiver,

Que vous de moi n’aiez quelque merci.

Ja n’avrez mès nul si loial ami

Ne ne porroiz a nul jor recovrer.

Et je me morrai chetis,

Ma vie sera mès pis

Loing de vostre biau cler vis,

Ou nest la rose et li lis.

 

Aygle, j’ai touz jorz apris

A estre loiaus amis,

Si me vaudroit melz un ris

De vous qu’autre paradis.

 

 

 

XXII, P. 72   R1521  L240,1

A enviz sent mal qui ne l’a apris:

Guerir l’estuet ou morir ou remaindre,

Et li miens maus, las! dont je ne m’os plaindre,

Icil par est seur touz poosteïs.

Morir en vueil, mès quant me vient devant

L’esperance de la grant joie ataindre,

Lors me confort. Voire, qui poïst tant

Sousfrir en pais, mès ne puis, ce m’est vis!

 

Et cil qui est d’Amors si entrepris

Qu’il li estuet a sa volenté maindre,

Mult me merveil s’Amors se puet tant faindre

Vers moi, qui sui a ma dame ententis;

Despuis que vi son biau cors droit et gent

Et son cler vis, qui trop m’i set destraindre,

Nel cuidai pas trouver si decevant

Conme il estoit; oncor m’en va il pis.

 

Mès cil qui sert et merci i atent,

Cil doit avoir joie fine et entiere;

Lt je, qui n’os vcrs li fere proiere

   Tant par redout son escondisement —,

G’en deüsse partir, voire par foi,

Mès je ne puis veoir en quel maniere.

Estre ne puet ensi, a li m’otroi,

Qu’en mon dangier n’est ele de noient.

 

Dès ore mès vueil prïer en chantant,

Et, se li plest, ne me sera tant fiere,

Car je ne cuit que nus hons qui reqiere

Merci d’amors, qu’il n’ait le cuer plorant,

Que, se Pitiez li chiet aus piez por moi,

Si dout je mult qu’ele ne la conqiere.

Ensi ne sai se faz sens ou foloi,

Car cist esgarz va par son jugement.

 

Se ma dame ne prent oncor conroi

De moi, qui l’aim par si grant couvoitise,

Mult la desir et, s’de me desprise,

Narcisus sui, qui noia tout par soi.

Noiez sui près, loing est ma garison,

S’entendré je touz jorz a son servise.

Servir doi bien pour si grant guerredon;

Mult voudroie qu’ele en seüst ma foi.

 

Dame, merci! qu’aie de vos pardon!

Se je vous aim, ci a bele entreprise.

Je ne puis pas bien couvrir ma reson,

Si le savrez encor, si con je croi.

 

 

 

XXIII, P. 76   R 1596  L240,6

Chançon ferai, que talenz m’en est pris,

De la meilleur qui soit en tout le mont.

De la meilleur? je cuit que j’ai mespris.

S’ele fust teus, se Deus joie me dont,

De moi li fust aucune pitié prise,

Qui sui touz siens et sui a sa devise.

Pitiez de cuer, Deus! que ne s’est assise

En sa biauté? Dame, qui merci proi,

Je sent les maus d’amer por vos,

Sentez les vos por moi?

 

Douce dame, sanz amor fui jadis,

Quant je choisi vostre gente façon;

Et quant je vi vostre tres biau cler vis,

Si me raprist mes cuers autre reson:

De vos amer me semont et justise,

A vos en est a vostre conmandise.

Li cors remaint, qui sera felon juïse,

Se n’en avez merci de vostre gré.

Li     douz mal dont j’atent joie

M’ont si grevé

Morz sui, s’ele m’i delaie.

 

Mult a Amors grant force et grant pouoir,

Qui sanz reson fet choisir a son gré.

Sanz reson? Deus! je ne di pas savoir,

Car a mes euz en set mes cuers bon gré,

Qui choisirent si tres bele senblance,

Dont jamès jor ne ferai desevrance,

Ainz sousfrirai por li grief penitance,

Tant que pitiez et merciz l’en prendra.

Diré vos qui mon cuer enblé m’a?

Li douz ris et li bel oeil qu’ele a.

 

Douce dame, s’il vos plesoit un soir,

M’avrïez vos plus de joie doné

C’onques Tristans, qui en fist son pouoir,

N’en pout avoir nul jor de son aé;

La moie joie est tornee a pesance.

Hé, cors sanz cuer! de vos fet grant venjance

Cele qui m’a navré sanz defiance,

Et ne por quant je ne la lerai ja.

L’en doit bien bele dame amer

Et s’amor garder, qui l’a.

 

Dame, por vos vueil aler foloiant,

Que je en aim mes maus et ma dolor,

Qu’après les maus la grant joie en atent

Que je avrai, se Deu plest, a brief jor.

Amors, merci! ne soiez oublïee!

S’or me failliez, c’iert traïson doublee,

Que mes granz maus por vos si fort m’agree.

Ne me metez longuement en oubli!

Se la bele n’a de moi merci,

Je ne vivrai mie longuement ensi.

 

La grant biautez qui m’esprent et agree,

Qui seur toutes est la plus desirree,

M’a si lacié mon cuer en sa prison.

Deus! je ne pens s’a li non.

A moi que ne pense ele donc?

 

 

 

XXIV, P. 82   R1620  L240,9

Contre le tens qui devise

Yver et pluie d’esté,

Et la mauvis se debrise,

Qui de lonc tens n’a chanté,

Ferai chançon, car a gré

Me vient que j’ai enpensé.

Amors, qui en moi s’est mise,

Bien m’a droit son dart geté.

 

Douce dame, de franchise

N’ai je point en vous trouvé,

S’ele ne s’i est puis mise

Que je ne vous esgardé.

Trop avez vers moi fierté,

Mès ce fet vostre biauté,

Ou il n’a point de devise;

Tant en i a grant plenté.

 

En moi n’a pas abstinence

Que je puisse ailleurs penser

Fors qu’a li, ou conoissance

Ne merci ne puis trouver.

Bien fui fez pour li amer,

Car ne m’en puis saouler,

Et qant plus avrai cheance,

Plus la me couvient douter.

 

D’une riens sui en dotance

Que je ne puis plus celer:

Qu’en li n’ait un pou d’enfance.

Ce me fet desconforter

Que, s’a moi a bon penser,

Ne l’ose de demoustrer.

Si feïst qu’a sa senblance

Le  peüsse deviner!

 

Dès que je li fis prïere

Et la pris a esgarder,

Me fist Amors la lumiere

Des euz par le cuer passer.

Cist conduiz me fet grever,

Dont je ne me sai garder,

N’il ne puet torner arriere;

Li cuers melz voudroit crever.

 

Dame, a vos m’estuet clamer

Et que merci vos reqiere.

Deus m’i dont merci trouver!

 

 

 

XXV, P. 85   R1727  L240,13

Dame, l’en dit que l’en muert bien de joie.

Je l’ai douté, mès ce fu pour noient

Que je cuidai, s’entre voz braz estoie,

Que je fenisse enqui joieusement.

Si douce morz fust bien a mon talent,

Que la dolor d’amors qui me guerroie

Par est si grant que du morir m’esfroie.

 

Se Deus me doint ce que je li querroie,

Ce me retient a morir seulement,

Que resons est, se je por li moroie,

Qu’ele en eüst por moi son cuer dolent;

Et je me doi garder a escïent

De corocier li, qu’estre ne voudroie

En Paradis, s’ele n’i estoit moie.

 

Deus nous pramet que, qui porra ataindre

A Paradis, q’il porra souhedier

Quanq’il voudra; ja puis ne l’estuet plaindre,

Que il l’avra tantost sanz delaier;

Et, se je puis Paradis gaaignier,

La avrai je ma dame sanz contraindre,

Ou Deus fera sa parole remaindre.

 

Tres granz amors ne puet partir ne fraindre,

S’el n’est en cuer desloial, losengier,

Faus, guileor, qu’a mentir et a faindre

Font les loiaus de leur joie esloignier.

Mès ma dame set bien, au mien cuidier,

A ses doz moz cointes si bel ataindre

Qu’ele i conoist ce qui la fet destraindre.

 

Se je puis tant vivre que il li chaille

De mes dolors, bien porroie guerir;

Mès de tient mes diz a controuvaille

Et dit toz jorz que je la vueil traïr;

Et je l’aim tant et la vueil et desir

Q’el mont n’a bien qui sanz li riens me vaille.

Melz vaut la morz que trop vilaine faille.

 

Dame, qui veut son prison bien tenir

Et si l’a pris a si dure bataille,

Doner li doit le grain après la paille.

 

 

 

XXVI, P. 87    R 1800  L240,29

Je ne puis pas bien metre en nonchaloir

Que je ne chant, quant Amors m’en semont,

Que de ç’ai je le greigneur duel du mont

Que je n’os pas descouvrir ma pensee,

Ce dont je voi les autres decevoir.

Tels fet senblant d’amor qui point n’i bee;

Por ce chant je que g’en refraig mon plor,

Et s’en atent joie après ma dolor.

 

Ceste dolor me devroit mult seoir

Qui est sanz rive et n’i a point de font;

Et s’il est nus qu’autrement m’en respont,

je l’en avrai mult tost reson moustree;

Qu’après granz maus, ce dit on tot por voir,

Est mainte foiz grant joie recouvree.

S’il ensi est, dont n’ai je pas poor

Que de mes maus n’aie bien le retor.

 

Ice retor, Deus! et quant l’avrai gié?

Certes, dame, de vos sole l’atent.

Les voz biautez et vostre fin senblant

Me font avoir une bone esperance;

Et si ne sai se je ai foloié,

Que mult redout de vous fausse senblance.

Ensi le di, que ne m’en puis celer,

Ne ne m’en puis partir ne remuër.

 

Dou remuër ja ne prendrai congié,

Nel feroie por riens qui soit vivant;

Si i parra, quant mis m’en sui en tant

Que j’atendrai queus sera ma cheance,

Et couverrai ensi mon cuer irié

Et si savrai s’Amors a conoissanee,

Ne s’ele set ami guerredoner.

ja n’i perdrai pour belement celer.

 

Celer dit on que mult vaut a ami,

Mès ne m’en puis apercevoir de rien.

Li miens celers me fet plus mal que bien,

Que jangleor, qui poignent et atisent,

Vont tant parlant que tantost ont merci,

Ne le mentir une feve ne prisent.

Et je, dame, me rent a vos pensis,

Hunbles, celanz et fins, loiaus amis.

 

Nus hons n’ert ja de bien amer espris,

S’il est de cuer decevanz et faintis.

 

 

 

XXVII, P. 90   R1811  L240,24

Empereor ne roi n’ont nul pouoir

Envers Amors, ice vous vueil prouver:

Il puënt bien doner de leur avoir,

Terres et fiez, et mesfez pardoner,

Mès Amors puet honme de mort garder

Et doner joie qui dure,

Plaine de bone aventure

 

Amors fet bien un honme melz valoir,

Que nus fors li ne porroit amender;

Le grant desir done du douz voloir,

Tel que nus hons ne puet autre penser.

Seur toute riens doit on Amors amer;

En li ne faut fors mesure

Et ce qu’ele m’est trop dure.

 

S’Amors vosist guerredoner autant

Conme ele puet, mult fust ses nons a droit,

Mès el ne veut, dont j’ai le cuer dolent,

Qu’ensi me tient sanz guerredon destroit;

Et sui cil, quels que la fins en soit,

Qui a li servir s’otroie.

Empris l’ai, n’en recrerroie.

 

Dame, avra ja bien qui merci atent?

Vous savez bien de moi au parestroit

Que vostres sui, ne puet cstre autrement;

Je ne sai pas se ce mai me feroit.

De tant d’essais fetes petit d’esploit,

Que, se je dire l’osoie,

Trop me demeure la joie.

 

Je ne cuit pas q’il onques fust nus hon

Qu’Amors tenist en point si perilleus.

Tant m’i destraint que g’en pert ma reson;

Bien sent et voi que ce n’est mie a gieus.

Quant me moustroit ses senblanz amoreus,

Bien cuidai avoir amie,

Mès oncor ne l’ai je mie.

 

Dame, ma mort et ma vie

Est en vous, que que je die.

 

Raoul, cil qui sert et prie

Avroit bien mestier d’aïe.

 

Wallensköld 1925 = Wallensköld, A.,Les chansons de Thibaut de Champagne, Roi de Navarre, Paris, 1925


 

Wallensköld 1925 = Wallensköld, A.,Les chansons de Thibaut de Champagne, Roi de Navarre, Paris, 1925

 

XXVIII, P. 94   R1865  L240,44

Por froidure ne por yver felon

Ne lesserai

Que ne face d’amors une chançon,

Et si dirai

Que qui aime repente s’en,

s’il puet.

Chascuns le dit, mès mentir l’en estuet

Qui bien aime, il ne s’en puet partir,

Tant que l’ame li soit du cors partie.

 

Por moi le di, que j ‘ai mis a reson:

A moi tençai.

Plus pren conseil de si fete acheson,

Plus m’en esmai,

Que li esmais de mon fin penser muet.

Plus pens a li, et plus en i apluet.

Dame, merci! je ne vos puis faillir;

Ançois sera mers por pluie faillie.

 

Dame, se j’ai de mes granz maus poor,

Ne vous poist pas,

Que bien poëz alegier ma dolor.

Et tu, t’en vas,

Chançon, a li, si li di en plorant

Qu’une merciz d’amors en souspirant

Vaut bien cent tanz a fin, loial ami

Que ne porroit pour riens cuidier s’amie.

 

Fort sont li laz et grant li couvertor

—Ce n’est pas gas —

En que cil est qui aime par amor.

Et qu’en diras,

Puis que je sai et conois son senblant

Et je me tieng ensi devers sa gent?

M’a ele donc pris, lïé ne saisi?

Oïl, certes, ja n’en ert dessaisie.

 

Puis qu’ensi est, j’atendrai bonement

En lonc espoir,

Car il n’est riens que je vousisse tant

Con son vouloir

Faire par tout sanz acheson trouver,

Et el seüst mon cuer et mon penser;

Que par ce cuit que j’avroie merci.

Deus, quant verrai pour quoi je la mercie!

 

Nus ne porroit de cestui mal esmer

Fors vos, dame, conbien il puet durer;

Et, s’il vous plest, nel metez en oubli,

Que nule foiz mes cuers ne vous oublie.

 

 

 

 

XXIX, P. 97   R1880  L240,10

Coustume est bien, quant on tient un prison,

Qu’on ne le veut oïr ne escouter,

Car nule riens ne fet tant cuer felon

Con grant pouoir, qui mal en veut user.

Pour ce, dame, de moi m’estuet douter,

Car je n’i os parler de raençon

N’estre ostagiez s’en bele guise non.

Après tout ce ne puis je eschaper.

 

D’une chose ai au cuer grant soupeçon,

Et c’est la riens qui plus me fet douter:

Que tant de genz li vont tout environ.

Je sai de voir que c’est por moi grever;

Adès dïent “Dame, on vos veut guiler;

Ja par amors n’amera riches hom”.

Mès il mentent, li losengier felon,

Car qui plus a, melz doit amors garder.

 

Se ma dame ne veut amer nului,

Moi ne autrui, cinq cenz merciz l’en rent,

Qu’assez i a d’autres que je ne sui

Qui la prïent de faus cuer baudement.

Esbaudise fet gaaingnier souvent,

Mès ne sé riens, quant je devant li sui;

Tant ai de mal et de paine et d’ennui,

Quant me couvient dire: “A Dieu vous conmant!”

 

Vous savez bien qu’en ne conoist en lui

Ce qu’en conoist en autrui plainement.

Ma grant folie onques jur ne conui,

Tant ai amé de fin cuer loiaument

Mès une riens m’i fet alegement:

Qu’en esperance ai un pou de refui.

Li oiselez se va ferir el glui,

Quant il ne puet trouver autre garant.

 

Souvent m’avient, quant je pens bien a li,

Qu’a mes dolors une douçors me vient

Si granz au cuer que trestouz m’entroubli,

Et m’est a vis qu’entre ses braz me tient;

Et après ce, quant li sens me revient

Et je voi bien qu’a tout ce ai failli,

Lors me courrouz et ledange et maudi,

Car je sai bien que il ne l’en souvient.

 

Bele du tout et dure de merci,

Se mi travail ne sont par vous meri,

Mult vivrai mal, s’a vivre me couvient.

 

 

 

XXX, P. 100    R2026  L240,48

Savez por quoi Amors a non amors,

Qui ne grieve fors les siens soulement?

Qui le savra s’en die son talant,

Car je nel sai, se Deus me doint secors!

Amors semble deable qui maistrie:

Plus engigne celui qu’en li se fie;

Et poise m’en, se j’aie ja merci,

Plus que por moi cent mile tanz por li,

Quant on la puet rester de felonnie.

 

Je sui touz siens et s’en sent les dolors,

Et me poise de son mal durement,

Et en son bien cuit mon avancement,

Car de seignors vient granz biens a plusors;

Et cil sert bien son seignor qui chastie,

A cui poise, quant il fait vilenie.

Mais Amors n’a cure de nul chasti,

Car de a tant et veü et oï

Que ne li chaut de rien que on li die.

 

Amors m’a fait tantes foiz corrocier

Qu’en mon corrouz n’a mès point de pooir,

Ainz sui plus siens, quant plus me desespoir.

Ausi con cil qui delez le foier

Gist malades et ne se puet desfendre

Et menace la gent par mi a fendre,

Ausi di je ce por moi desenfler.

Il fait grant bien, quant on en ot parler;

Mieuz en puet on l’assaut d’Amors atendre.

 

Se je m’en duil, ne fait a merveillier,

Que Deus la fist pour gent faire doloir.

La ou Amors la m’amena veoir

Oi je adès un tres douz atochier

Qu’ele me fist de sa blanche main tendre,

Quant par la main me prist au salu rendre.

Mieuz aim la main dont me volt adeser

Quc l’autre cors ou ce me fait penser,

Car dou confort set Amors as siens rendre.

 

Qui set amer, il savroit bien haïr,

Se il voloit, plus que nus autres hom,

Mais n’est pour ce loiautez ne raison,

Qui bien aime, qu’il en doie partir;

Ainz doit chascuns amer sa renonmee.

Et se Amors estoit bien apensee,

Ele donroit a fin ami loial

Joie et secors pour sosfrir trop grant mal;

Ensi seroit servie et honoree.

 

Dame, merci! La mains enbausemee

Que nuit e jor bais cent fois d’un estal

Me fait parler de vos si a cheval

Qu’il m’est vis que merci ai trouvee.

 

 

 

XXXI, P. 103   R2032  L240,34

Les douces dolors

Et li mal plesant

Qui viennent d’amors

Sont douz et cuisant,

Et qui fet fol hardement

A paines avra secors.

G’en fis un dont la poors

Me tient el cors que g’en sent.

 

Bien est grant folors

D’amer loiaument.

Qui porroit aillors

Changier non talent!

Hé, Deus! g’en ai apris tant

Q’ançois seroit une tors

Portee a terre de flors

Qu’on m’en veïst recreant.

 

Lonc respit m’ont mort

Et grant desirrier

Et ce qu’a son tort

Me veut corrocier.

Mains en fera a prisier,

Se je n’ai de li confort,

Qu’el mont n’a chose si fort

Por li ne me fust legier.

 

Je chant et deport

Pour moi solacier

Et voi en ma sort

Ennui et dangier,

Si porrai bien perillier

Quant ne puis venir a port,

Ne je n’ai aillors resort

Sanz ma lejance brisier.

 

Dame, j’ai tout mis

-Et cuer et penser-

En vous et assis

Sanz ja remuër.

Se je voloie aconter

Vostre biauté, vostre pris,

J’avroie trop anemis;

Por ce ne m’en os parler.

 

Dame, je n’i puis durer,

Car tout adès m’ira pis,

Tant que vous dïez “Amis,

Je vous vueil m’amor donner”.

 

 

 

XXXII, P. 106   R996  L240,42

Por ce se d’amer me dueil,

Si i ai je grant confort,

Car adès en li recort,

Deus! Ce que virent mi oeil:

C’est a grant biauté veraie

Qui era pluseurs sens m’essaie,

Que ce que j’ai, ce se combat a moi:

C’est cuers et cors et li oeil dont la voi;

Mès le cuer a, qu’est de greigneur pouoir.

Or me dont Deus les autres vueille avoir!

 

Maintes genz ont un escueil,

Ou soit a droit ou a tort,

Et Amors fiert sanz deport;

Ja n’i doutera orgueil.

Li sages plus s’en esmaie,

Que trop set fere grant plaie.

Grant la me fist, quant le cuer a de moi.

En a prison biau m’est quant je l’i voi;

Melz l’aim en li qu’en nul autre pouoir.

Or li dont Deus garder a mon vouloir!

 

Dame, qui pert au besoing

Por som ami ce qu’il a,

Se cil lo guerredon n’a,

Honiz en est per tesmoing;

Et je pert, sanz reconquerre,

Mon cuer, que tenez en serre.

Perdu non ai, nel perdrai pas ensi,

Que pour le cuer prïera tant merci

Li cors vers vos que merveilles ert grant,

Se ne fraigniez vers lui vostre talent.

 

Se je a un honme doing

– Aucuns de tels genz i a,—

Demain autant me harra,

Se ne li remet el poing.

Mult grant sens a a biau querre

Et a doner sanz requerre;

Et je, dame, mil foiz vos cri merci:

De ce qui miens deüst estre vos pri;

Que n’espoir pas, a vostre douz senblant,

Que la merciz me viengne au cuer devant.

 

Dame, ore ai dit ma poor.

Mult voudroie ore escouter

Se ja daigneroiz penser

Vers moi aucune douçor

Ne riens nule qui me vailie,

Si que li cuers en tressaille

En la prison la ou vos le tenez.

Deus! fu ainz mès cuers si bien enchantez?

Nenil,certes! Mès se li cors pris fust

Avec le cuer, ja ne li despleüst.

 

Dame, no puis loër voz grana biautez,

Que trop petiz me seroit mis estez;

Mès, se riens puis fere qui vos pleüst,

N’iert ja si grief que mie me neüst.

 

 

 

XXXIII, P.109    R1002  L240,55

Une chançon oncor vueil

Fere por moi cOnforter.

Pour celi dont je me dueil

Vueil mon chant renouveler;

Pour ce ai talent de chanteR

Que, quant je ne chant, mi oeil

Tornent souvent a plorer.

 

Simple et franche, sanz orgueil

Cuidai ma dame trouver.

Mult me fu de bel acueil,

Si le fist por moi grever.

Si sont a li mi penser

Que la nuit, quant je sonmeil,

Vet mes cuers merci crïer.

 

En dormant et en veillant

Est mes cuers du tout a li

Et li prie doucement,

Conme a sa dame, merci.

En sa pitié tant me fi

Que, quant g’i pens durement,

De joie toz m’entroubli.

 

Joie et duel a cil souvent

Qui le mien mal a senti.

Mes cuers plore, et ge en chant;

Ensi m’ont mi oeil traï.

Amors, tost avez saisi,

Mès vous guerredonez lent;

Ne pour qant de moi vous pri.

 

Hé, las! s’il ne li souvient

De moi, morz sui sanz faillir.

S’el savoit dont mes maus vient,

Bien l’en devroit souvenir.

Cist maus me fera morir,

Se ma dame n’en soustient

Une part par son plesir.

 

Chançon, di li sanz mentir

C’uns resgarz le cuer me tient

Que li vi fere au partir.

 

 

 

 

XXXIV, P. 111   R2075   L240,3

Ausi conme unicorne sui,

Qui s’esbahist en regardant,

Quant la pucele va mirant.

Tant est liee de son ennui,

Pasmee chiet en son giron;

Lors l’ocit on en traïson.

Et moi ont mort d’autel senblant

Amors et ma dame, por voir:

Mon cuer ont, n’en puis point ravoir.

 

Dame, quant je devant vous fui

Lt je vous vi premierement,

Mes cuers aloit si tressaillant

Qu’il vous remest, quant je m’en mui.

Lors fu menez sanz raençon

En la douce chartre en prison

Dont li piler sont de talent

Et li huis sont de biau veoir

Et li anel de bon espoir.

 

De la chartre a la clef Amors

Et si i a mis trois portiers:

Biau Senblant a non li premiers,

Et Biautez cele en fet seignors;

Dangier a mis a l’uis devant,

Un ort, felon, vilain, puant,

Qui mult est maus et pautoniers.

Cil troi sont et viste et hardi:

Mult ont tost un honme saisi.

 

Qui porroit sousfrir les tristors

Et les assauz de ces huissiers?

Onques Rollanz ne Oliviers

Ne vainquirent si granz estors;

Il vainquirent en conbatant,

Mès ceus vaint on humiliant.

Sousfrirs en est gonfanoniers;

En cest estor dont je vous di

N’a nul secors fors de merci.

 

Dame, je ne dout mès riens plus

Que tant que faille a vous amer.

Tant ai apris a endurer

Que je sui vostre tout par us;

Et se il vous en pesoit bien,

Ne m’en puis je partir pour rien

Que je n’aie le remenbrer

Et que me cuers ne soit adès

En la prison et de moi près.

 

Dame, quant je ne sai guiler,

Merciz seroit de seson mès

De soustenir si greveus fès.

 

 

 

XXXV, P. 116   R2095   L240,46

Qui plus aime plus endure,

Plus a mestier de confort,

Qu’Amors est de tel nature

Que son ami maine a mort;

Puis en a joie et deport,

S’il est de bone aventure

Mès je n’en puis point avoir,

Ainz m’a mis en nonchaloir

Cele qui n’a de moi cure.

 

Onques riens ne fu si dure

D’aÿmant en mon recort.

Des souspirs et de l’ardure

Et des lermes que je port

Sui perciez par la plus fort

Et mis a desconfiture,

Et je n’ai vers li pouoir,

Ainz nt, quant me voit doloir:

Ci faut pitiez et mesure.

 

Puis que pitiez est faillie,

Bis m’en devroie partir;

Mes sens m’en semont et prie,

Mès mes cuers nel veut sousfrir,

Ainz me het por li servir;

Tant aime sa seignorie.

Dame, une riens vos demant:

Que vous jugiez qui se rent,

Se il a mort deservie.

 

Per maintes foiz l’ai sentie

En dormant tout a loisir,

Mès quant pechiez et envie

M’esveilloit et que tenir

La cuidoie a mon plesir,

Et ele n’i estoit mie,

Lors ploroie durement

Et melz vousisse en dormant

Li tenir toute ma vie.

 

Ma grant joie en dormant iere

Si granz que nel puis conter.

En veillant ne truis maniere

De ma dolor conforter.

Bien me deüst trestorner

Amors ce devant deriere

Li dormirs fust a oubli

Et g’eüsse a veillant li;

Lors seroit ma joie entiere.

 

Quant li vueil crïer merci,

Lors ai tal poor de li

Que n’os dire ma proiere.

 

Raoul, Turc ne Arrabi

N’ont riens dou vostre sesi;

Revenez per tens arriere!

 

 

 

 

XXXVI, P. 120   R2126   L240,16

De grant joie me sui toz esmeüz

En mon voloir, qui mon fin cuer esclaire:

Quant ma dame m’a envoié saluz,

Je ne me puis ne doi de chanter taire.

De ce present doi je estre si liez

Com de celui qui a, bien le sachiez,

Fine biauté, cortoisie et vaillance;

Pour ce i ai mis trestoute m’esperance.

 

Dame, pour Dieu ne soie deceüz

De vos amer, que ne m’en puis retraire

De touz amis sui li plus elleüz,

Mès ne vos os descouvrir mon afaire.

Tant vous redout forment a corrocier

C’onques vers vous n’osai puis envoier,

Que, se de vous eüsse en atendance

Mauvès respons, morz fusse sanz doutance.

 

Onques ne soi decevoir ne trichier

-Ne je pour rien aprendre nel voudroie-

Envers celi qui me puet avancier.

Faire et desfaire et donner bien et joie,

Tout c’est en li et en sa volenté.

Deus! s’ei savoit mon cuer et mon pensé,

Je sai de voir que j ‘avroie conquise

Douce dame, ce que mes cuers plus prise.

 

Nus qui aime ne se doit esmoier,

Se fine amor le destraint et mestroie,

Car qui atent si precïeus loier,

il n’est pas droiz que d’amer se recroie,

Car qui plus sert, plus en doit avoir gré;

Et je me fi tant en sa grant biauté,

Qui des autres se desoivre et devise,

Que il me plest a estre en son servise.

 

Des euz du cuer, dame, vous puis veoir,

Car trop sont loing li mien oil de ma chiere,

Qui tant m’ont fet pour vous pensee avoir.

Dès celui jor que je vous vi prenuiere,

De vous veoir ai volenté trop grant.

Par ma chançon vous envoi en present

Mon cuer et moi et toute ma pensee.

Recevez le, dame, s’il vous agree!

 

Dame, de vous sont tuit mi pensement,

Et a vous sui remés a mon vivant.

Pour Dieu vous pri, se mes fins cuers i bee,

Ma volenté ne soit trop comparee.

 

 

 

 

XXXVII, P. 123   R294  L240,57

Baudoÿn, il sunt dui amant

Qui ainment de cuer sanz trichier

Une pucele de jovent.

Li quelx la doit mieuz desraignier?

Li uns l’ainme por ses valors

Et por sa cortoisie ausi;

Li autres l’ainme par amours

Por la grant beauté qu’est en li.

 

     Sire, saichiez certeinnement

Que celui doit tenir plus chier

Qui por son bon ensoignement

L’ainme de leal cuer entier;

Car cortoisie et granz honors

Plaisent plus a leal ami

Que beautez ne fresche colors

Ou il n’a pitié ne merci.

 

— Baudoïn, la tres grant beauté

A valor et mainte vertu.

S’ele disoit grant niceté,

Onques si cortois moz ne fu.

Granz beautez fait cuer forsenner

Plus que nule autre rien vivant,

Ne nuns ne puet son cuer doner,

Se la beautez n’i est avant.

 

Sire, saichiez de veritè:

Beautez a tout son non perdu,

Puis que valors a alevé

A dame son non et creü;

Car cortoisie fait loër

Dames et bel acointement

Et toz jors en bon pris monter,

Ce dont beautez ne fait noiant.

 

-Baudoÿn, assez trueve l’en

Vielles plus laides que nuns chiens

Qui ont cortoisie et grant sen,

Mais au touchier ne valent riens.

Si la fait or si bon amer

por ce que bel vos parlera?

La bele ne puet mesparler,

Ainz est bon quanque me dira.

 

     Sire, je ne dirai oian

Qu’a vielle soie, ne ja siens

Ne serai mais, si con j’entent.

Blamer me volez les granz biens

Que bele dame set mostrer

Qui cortoisie et bon pris a.

Mieuz devriez celui blamer

Qui por beauté valour laira.

 

– Baudoÿn, soul d’un resgarder

Ou d’un ris, quant le me fera,

La bele que je n’os nonmer

Vaut quanque la laide donra.

 

-Sire, li miens cuers remuër

Ne se veut de cele qui l’a.

Valors l’a fait emprisoner,

Qui de cortoisie li dona.

 

 

 

 

XXXVIII, P. 127    R332  L240,62

Une chose, Baudoÿn, vos demant:

S’il avenoit a fin, leal ami,

Qui sa dame a amee longuement

Et proiee tant qu’ele en a merci

Et li mande que parler veingne a li

Tout por sa volenté faire,

Que fera il tot avant por li plaire,

Quant li dira “Beaus amis, bien veingniez”?

Baisera il ou sa bouche ou ses piez?

 

   Sire, je lo que il premierement

En la bouche la baist, car je vos di

Que de baisier la boche au cuer descent

Une douçours dont sunt tuit acompli

Li grant desir par qu’il s’entrainment si;

Et joie qui cuer esclaire

Ne puet celer lëaus amis ne taire,

Ainz li semble qu’il soit toz alegiez,

Quant de la boche a sa dame est baisiez.

 

-Baudoÿn, voir! Je n’en mentirai ja:

Qui sa dame vuet tout avant baisier

En la bouche, de cuer onques n’ama;

Qu’ainsi baise on la fille a un bergier.

J’aing mieuz baisier ses piez et mercïer

Que faire si grant outrage.

L’en doit cuidier que a dame soit sage,

Et sens done que granz humilitez

Doit bien valoir a estre mieuz amez.

 

— Sire, j’ai bien oï dire pieç’a

Qu’umilitez fait l’amant avancier,

Et puis qu’Amors par humilité l’a

Tant avancié que rende le loier,

Qu’il ait cele que tant ainme et tient chier,

Je di qu’il feroit folage

S’en la bouche ne li feïst honmage,

Car j’oï dire, et vos bien le savez:

Qui bouche lait por piez, c’est nicetez.

 

— Baudoÿn, voir! ice ne di je pas

Qu’en sa bouche laist por su piez avoir,

Mais baisier vuil ses piez eneslepas

Et puis après sa bouche a mon voloir

Et son beau cors, c’on ne tient mie a noir,

Et ses beaus eulz et sa face

Et son chief blont, qui le fin or efface.

Mais vos estes bauz et desmesurez,

Si semble bien que pou d’amour savez.

 

– Sire, bien est et recreanz et las

Qui congié a de baisier et d’avoir

Le douz solaz dou cors lonc, graille et gras

Et met douçour de bouche en nonchaloir

Por piez baisier; ne fait mie savoir.

Ja Deus ne doint que il face

Jamès chose par quoi il ait sa grace,

Que mil tanz est li baisiers savorez

De la bouche que cil des piez assez!

 

– Baudoÿn, cil qui tant chace

Que il ataint, bien se tient a eschace,

Quant a ses piez ne.chiet toz enclinez;

Je di qu’il est deables forsennez.

 

– Sire, cil cui Amors lace

Ne puet muër, quant il a leu n’espace

Qu’asevir puist toutes ses volentez,

Tost n’ait les piez por la boche oblïez.

 

 

 

 

XXXIX, P. 131   R334  L240,61

Phelipe, je vous demant:

Dui ami de cuer verai

Sont qui aiment loiaument,

Bacheler novel et gai.

Li uns a tout son talent,

Li autres est a l’essai.

Qui doit plus venir avant,

Li amez ou cil qui prie?

 

   Cuens, sachiez certainement:

Li amez est fors d’esmai

Et pour c’est il plus en grant

De melz valoir, bien le sai;

Quant plus a, et plus enprent

Et plus fet bien sanz delai;

Ne cil ne puet valoir tant

Qui qiert merci et aïe.

 

— Phelipe, cil qui reqiert

Doit melz valoir par raison,

Que toute bontez affiert

A atendre a si haut don.

Cil s’esforce qui conqiert,

Mès cil qui en est a son

Jamès partir ne se qiert

Por nul pris d’avec s’amie.

 

– Cuens, ja li prïerres n’iert

Qui n’ait duel et soupeçon,

Et pensee au cuer le fiert

Conment il avra pardon;

Més cil qui a ce q’il qiert

Ne pense s’a valoir non:

Joie son pris li porqiert

Et sa dame, qui l’en prie.

 

— Phelipe, plus doit valoir

Cil qui veut entendre a li

Et qui atent main et soir

De sa dame avoir merci.

Cist pensers li fet avoir

Le cuer vaillant et hardi.

Trop fet cil mains son pouoir

Qui a sa joie aconplie.

 

— Cuens, sachiez vos bien de voir

Que ci avez vos falli:

S’on vaut mains por joie avoir,

Dont sunt tout amant honi.

Se cil qui se doit doloir

Vaut melz de joieus ami,

Dont fesons dames savoir

Par tot c’on ne ainme mie.

 

-Phelipe, je faz savoir

A Auberon, mon ami,

Q’il nos en die le voir,

U sa langue soit honie!

 

-Cuens, a Rodrigue le Noir

Mant de par vos et li pri

Q’il nos en mant son voloir

Qui a droit de la partie.

 

 

 

 

XL, P. 135    R1097  L94,1

Cuens, je vous part un gieu par aatie

Et si m’en met seur vostre jugement:

Dui chevalier aiment chascuns s’amie;

Li uns des deus aime mult loiaument,

Et li autres guile mult durement.

Li quels tret pis, se Deus vous beneïe,

Ou li loiaus ou cil qui triche et ment

Et deçoit?

Dites m’en droit,

Sire, tout orendroit

Et si prenez l’un des deus maintenant,

Et j’avrai l’autre partie

Et respondrai avenant,

Selonc voz diz, en chantant.

 

– Mesire Guis, mult me siet la partie,

Mès du meilleur vous dirai mon senblant;

Que loiautez n’iert ja par moi perie,

Oncor la bé a tenir mon vivant.

Li desloiaus ne bien ne mal ne sent,

Qu’endormiz est en sa vil tricherie,

Si ne li chaut li quels chiés voist avant,

Tort ou droit,

Quant il deçoit

Celi qui tout metroit,

Et cuer et cors, en son conmandement.

Dehez ait qui plus s’i fie!

Qui bien a et bien atent

Ja n’avra son cuer dolent.

 

   Cuens, je sai bien auques vostre pensee;

Ne savez pas d’amors jusq’au doloir:

Toutes dolors sont vers celi rousee

D’ome qui aime et n’en puet joie avoir;

Et je pri Dieu q’ii vous face savoir

Quel mal cil sent qui bien aime a celee.

Adonc primes savroiz vos bien de voir,

Ce m’est vis,

Que mult est pris

Cil qui aime et trait pis

Que li autres, qui guile a son pooir

Et a toute honor quitee.

 

Endroit moi, pour nul avoir

Ne vueil avoir tel voloir.

 

– Messires Guis, touz jorz ert honoree

La bone amor la ou ele est, por voir!

Mains trait de mal qui toute a sa pensee

En la joie dont muevent tuit savoir.

La fole gent n’i puënt remanoir,

Ainz dit chascuns que trop atent qui bee.

Fins amerres doit touz jorz mentevoir

Son cler vis

Et son douz ris,

Qui li est Paradis,

Si ne se doit pas puis de li doloir

Dont atent joie honoree.

Qui s’i fet apercevoir,

Tuit l’en doivent mal voloir.

 

   A Gilon pri q’il en die le voir,

Qui a tort de la meslee

Ne qui s’en doit plus doloir.

Die le por pès avoir!

 

– Sor dan Perron m’en met a son voloir,

Qui du vis resenble espee,

Qui nos face remanoir

Et voir die a son pooir.

 

 

 

 

XLI, P. 139   R 1185  L97,1

Sire, ne me celez mie

Li queus vous ert melz a gré:

S’il avient que vostre amie

Vous ait parlement mandé

Nu a nu lez son costé

Par nuit que n’en verroiz mie,

Ou de jorz vous best et rie

En un biau pré

Et enbrast, mès ne di mie

Q’il i ait de plus parlé.

 

— Guilleaume, c’est grant folie,

Quant ensi avez chanté;

Li bergiers d’une abeïe

Eüst assez mels parlé.

Quant j’avrai lez mon costé

Mon cuer, ma dame, m’amie,

Qne j’avrai toute ma vie

Desirré,

Lors vous quit la druërie

Et le parlement dou pré.

 

— Sire, je di qu’en s’enfance

Doit on aprendre d’amors;

Mès mult faites mal senblance

Que n’en sentez les dolors.

Pou prisiez esté ne flors,

Gent cors ne douce acointance,

Biaus regarz ne contenance,

Ne colors.

En vous n’a point d’abstinence;

Ce deüst prendre uns priors.

 

— Guilleaume, qui ce conmence,

Bien le demaine folors,

Et mult a pou conoissance

Qui n’en va au lit le cors;

Que desouz biaus couvertors

Prent on tele seürtance

Dont on s’oste de doutance

Et de freors.

Tant com je soie a balance,

N’ert ja mes cuers sanz poors.

 

– Sire, pour riens ne voudroie

Que nus m’eüst a ce mis.

Quant celi qui j’ameroie

Et qui tout m’avroit conquis

Puis veoir en mi le vis

Et besier a si grant joie

Et enbracier toute voie

A mon devis,

Sachiez,se l’autre prenoie,

Ne seroie pas amis.

 

— Guilleaume, se Deus me voie,

Folie avez entrepris,

Que, se nue la tenoie,

N’en prendroie Paradis.

Ja por resgarder son vis

A paiez ne me tendroie,

S’autre chose n’en avoie.

j’ai melz pris,

Qu’au partir, s’el vos convoie,

N’en porteroiz c’un faus ris.

 

– Sire, Amors m’a si sorpris

Que siens sui, ou que je soie,

Et sor Gilon m’en metroie

A son devis,

Li quels va plus droite voie

Ne li quels maintient le pris.

 

— Guilleaume, fous et pensis

I remaindroiz toute voie;

Et cil qui ensi dosnoie

Est bien chaitis.

Bien vueil que Gilon en croie,

Mès sor Jehan m’en sui mis.

 

 

 

XLII, P. 144   R943 L19,1

Rois Thiebaut, sire, en chantant responnez:

joene darne tres bele et avenant

Seur toute riens de fin cuer amerez,

Mès n’en porrez avoir vostre talent,

S’a vostre col gesir ne la portez

Chiés un autre qui de li est amez,

Ou se celui ne li fetes venir

En vostre ostel pour avec li gesir.

 

Baudoïn, voir! mauvès gieu me partez!

Mès, por avoir ma dame, a son talent

La porterai, puis que il est ses grez,

Entre mes braz, besant et acolant.

ja ne crerrai tels soit sa volentez,

Se me juroit cent foiz sainz Barnabez,

Après tel bien que me vueille traïr.

Fins amis doit ou ataindre ou morir.

 

– Par Dieu, sire, trop avez meschoisi,

Quant vous de li voulez saisir celui

Qui ele tient pour son loial ami.

Ne la verrez jamès jour sanz ennui,

Puis que celui en avrïez saisi.

Trop a le cuer mauvès et endormi

Qui s’amie porte autrui a son col.

J’aim melz sousfrir qu’en m’en tenist por fol.

 

Baudoïn, cil a bien d’amors menti

Qui sa dame veut lessier a nului.

S’en m’en devoit detrenchier tout par mi,

Ne la puis je guerpir, dès que siens sui.

Ainz me plest tant l’atente de merci

Que le vilain enuieus en oubli,

Que je mult haz, foi que je doi saint Pol;

Mès tot le mont ne pris sanz li un chol.

 

   Certes, sire, de cuer onques n’ama

Qui s’amie veut chiés autrui lessier;

Et qui de ce a droit jugier voudra,

Je doi servir ce qu’ele aime et tient chier,

Tout m’ennuit il ce que ele en fera.

Melz vueil sousfrir de ce qu’ele amera

Qu’en mon ostel en face son voloir

Qu’il fust saisiz et j’amasse en espoir.

 

– Baudoïn, voir ! ja chiés moi n’entrera

Mes anemis per ma dame baillier,

Mès ma dame la ou il li plera

Vueil je porter et servir sanz dangier;

Ne ja pur riens mes cuers n’en retrera.

S’ele me dit : “Biaus amis, je vois la ”,

C’est faintise, je nel cuit pas de voir;

Qu’ele le dit por moi fere doloir.

 

 

 

 

XLIII, P. 147   R1393  L215,7

Sire, loëz moi a choisir

D’un gieu! Li quels doit melz valoir:

Ou souvent s’amie sentir,

Besier, acoler, sanz veoir,

Sanz parler et sanz plus avoir

A touz jorz mès de ses amors,

Ou parler et veoir touz jorz,

Sanz sentir et sani atouchier?

Se l’un en couvient a lessier,

Dites li quels est mains joianz

Et du quel la joie est plus granz.

 

   Raoul, je vous di sanz mentir

Que il ne puet nul bien avoir

En prendre ce dont a morir

Couvient ami par estouvoir;

Mès, quant il ne puet remanoir,

El veoir a plus de secors

Et el parler qui est d’amors.

Si bel ris et si solacier

Feront ma dolor alegier,

Que je ne vueil estre senblanz

Meremellin ne ses paranz.

 

– Sire, vous aver mult bien pris

De vostre amie regarder,

Que voz ventres gros et farsis

Ne porroit sousfrir l’adeser,

Et por ce amez vous le parler

Que voz solaz n’est preus aillors.

Ensi vait des faus pledeors,

Dont li senblant sont mençongier.

Mès d’acoler et de besier

Fet bone dame a son ami

Cuer large, loial et hardi.

 

   Raoul, du regart m’est a vis

Q’il doit plus ami conforter

Qu’estre de nuiz lez li pensis

La ou l’en ne puet alumer,

Veoir, oïr, joie mener;

L’en n’i doit avoir fors que plors.

Et s’ele met sa main aillors,

Quant vous cuidera enbracier,

Se la potence puet baillier,

Plus avra duel, je vous afi,

Que de mon gros ventre farsi.

 

——   Rois, vous resenblez le gaignon

Qui se revenche en abaiant;

Por ce avez mors en mon baston

De quoi je m’aloie apuiant.

Mès pris avez a loi d’enfant;

Car il n’est si granz tenebrors,

Se je pouoie les douçors

De ma douce dame enbracier,

Qui ja me poïst ennuier;

Et si me puis melz delivrer

De mon bordon que vous d’enfler.

 

– Raoul, j’aing melz nostre tençon

A lessier tout cortoisement

Que dire mal, dont li felon

Riroient et vilaine gent,

Et nous en serions dolent;

Mès mult vaudroit melz en amors

Veoir et oïr qu’estre aillors,

Rire, parler et solacier

Douz moz, qui font cuer tatouillier,

Et resjoïr et saouler

Que en tenebres tastoner.

 

 

 

XLIV, P. 153   R1666  L265,281

Bons rois Thiebaut, sire conseillez moi!

Une dame ai, mult a lonc tens, amee

De cuer loial, sachiez, en bone foi,

Mès ne li os descouvrir ma pensee,

Tel poor ai que ne m’i soit veee

De li l’amors qui me destraint souvent.

Dites, sire, qu’en font li fin amant?

Suesfrent il tuit ausi si grant dolor,

Ou il dïent le mal q’il ont d’amor?

 

– Clers, je vous lo et pri que teigniez quoi;

Ne dites pas pour quoi ele vous hee,

Mès servez tant et fetes le, pour quoi

Qu’ele sache ce que vostre cuers bee;

Que par servir est mainte amor donee.

Par moz couverz et par cointe senblant

Et par signes doit on moustrer avant,

Qu’ele sache le mal et la dolor

Que fins amanz tret pour li nuit et jor.

 

——   Par Dieu, sire, tel conseil me donez

Ou ma mort gist et ma grant mesestance,

Que mot couvert et signe, ce savez,

Et tel senblant viennent de decevance.

Assez trueve on qui set fere senblance

De bien amer sanz grant dolor sousfrir;

Mès fins amis ne puet son mal couvrir

Q’il ne die ce dont au cuer souvient

Par l’angoisse du mal que il soustient.

 

—— Clers, je voi bien que haster vous voulez,

Et bien est droiz, qu’en clerc n’a abstinence;

Mès s’amïez autant con dit avez,

Nel dirïez pour quanq’il a en France;

Car, quant on est devant li en presence,

Adonc viennent trenbler et grief souspir,

Et li cuers faut, quant doit la bouche ouvrir;

N’est pas amis qui sa dame ne crient,

Car la crieme de la grant amor vient.

 

– Par Dieu, sire, po sentez, ce m’est vis,

La grant dolor, le mal et le juïse

Que nuit et jor tret fins, loiaus amis;

Ne savez pas conment Amors justise

Ce que sien est et en sa conmandise.

Je sai de voir que, se le seüssiez,

ja du dire ne me repreïssiez;

Car pour ce fet Amors ami doloir

Que de son mal regehisse le voir.

 

– Clers, je voi bien que tant estes espris

Que la corone est bien en vous assise.

Quant du prïer par estes si hastis,

Ce fait li maus des rains qui vous atise;

Itels amors n’est pas el cuer assise.

Dites li tost, quant si vous angoissiez;

Ou tost l’aiez, ou vous tost la lessiez,

Car bien puet on a voz diz parcevoir

Qu’aillors voulez changier vostre voloir.

 

– Par Dieu, sire, j’aing de cuer sanz faintise,

Mès vos guilez Amors. Pour ce cuidiez

Que je soie tout ausi tost changiez

Con vous estes, qui mis en nonchaloir

Avez Amors et ceus de son pooir.

 

     Clers, puis qu’a moi avez tel guerre enprise

Et vous le riens mon conseil ne prisiez,

Crïez merci, mains jointes, a ses piez

Et li dites tout le vostre voloir;

El vous crerra, et ce sera bien voir.

 

 

 

 

XLV, P. 156    R1804  L240,59

Girart d’Amiens, Amours, qui a pouoir

Sor toutes gens, vous et un autre esprendre

Fait de son feu – dont mieus devez valoir

D’une dame ou il n’a que reprendre.

Se vous voulez, tantost, sans plus atendre,

Ou vous plaira avecques vous l’avrez,

Mais bien sachiez: de li haÏs serez;

Ou, en tel point que je vos di, l’avra

Autre avec lui, et el vous ainmera.

 

— Roy de Navarre, il doit bien mescheoir

A tout honme qui le bien n’osse prendre,

Puis qu’il le puet, sans lui mesfaire, avoir;

Car nus amis ne porroit tant mesprendre

Que de sousfrir, s’il le pouoit desfandre,

C’autres fust ja de sa dame privés;

Par coi le bien qui m’iert abandonnez

Par tel eür ne refusserai ja,

N’autres, mon gré, nul jour n’i partira.

 

– Girart d’Amiens, huimais puis parcevoir

Que vous le cuer avez et fol et tendre

A un tel fait desloial conscevoir,

Si vueil que vous, pour la folie entendre,

Sachiez qu’amis n’est pas chilz qui engendre

Riens dont il soit haïs ne disfamés

De la dame dont il seroit amez,

S’il li plessoit, et dont haïs sera,

Quant tout premiers, son gré, la decevra.

 

     Pour pis que mort ne rage recevoir,

Sire, ne puis connoistre ne aprendre

Qu’il m’en peüst nesun bien escheoir.

Conment pourroie a plus grant dolour tendre

Que de lessier tant ma dame souprendre

Qu’autres eüst de li ses voulentez?

Plus ne pourroie estre desesperés,

S’elle me het. Amours pourchacera

Qu’amés en ier si tost que li plera.

 

– Girart d’Amiens, quant plus vous voy mouvoir

D’ensi parler, plus m’est vostre sens mendre.

Nus hons n’entant sa dame a decevoir

Ne deserve que l’en le doie pendre.

Se mes eürs fait ma dame destendre

A un tel fait, n’en vueil estre encombrés;

J’ain mieus qu’autre que moy en soit blasmés.

S’amer me vueut, p]us me proufitera;

C’uns tieulz deduiz jamais ne vous vaudra.

 

   Sire, ne puis en pensee mannoir

C’uns teus profis se puist en bien estandre

Dont li amis cherra en desespoir,

Qu’il n’osse en riens qu’il parçoive contendre;

Par quoi ja jour ne me quier vaincu rendre,

Que mieus ne vueille ensi joïr assez

De celle a cui je sui touz que de lés

Reveingne autres qui en esploitera.

Honnis soit cilz qui ce otrïera!

 

 

 

XLVI, P. 159   R333  L240,60

Phelipe, je vous demant

Que est devenue amors:

En cest païs ne aillors

Ne fet nus d’amer senblant.

Trop me merveil durement

Por qu’ele demore ensi,

S’ai oï

Des dames grant plaint,

Et chevalier en font maint.

 

     Sire, sachiez voirement

Qu’amors faut par ameors,

S’en remaint joie et valors

Et faillent tornoiement,

Si ont corpes mesdisant,

Vielles et mauvès mari;

N’est failli

Par dames qu’en aint,

Mès es chevaliers remaint.

 

– Phelipe, bien m’i acort

Q’il remaint es chevaliers,

Mès tout ce fet li dangiers

Que dames mainent tant fort.

Quant il sont jusqu’a la mort,

Lors lor metent achesons.

Bon respons

N’i puënt trouver,

S’en font maint desesperer.

 

   Sire, il s’en partent a tort

Et s’en plaignent volentiers.

Plus lor plest li aaisiers

Qu’atendre d’Amors confort,

N’aiment valor ne deport,

Ainz tolent et font mesons;

N’est resons:

Cil qui veut amer

Se doit du tout amender.

 

   Phelipe, legierement

S’en partent qui poor ont,

Que les dames trop leur sont

De sauvage acointement.

Dame doit atrere lent

Por melz fere a li baer,

Que d’amer

Doit dame savoir

Por plus faire ami valoir.

 

  Sire, trop hastivement

Vuelent mès par tout le mont

Cil qui amoureus se font

Avoir joie entierement,

Mès dames a lor talent

Doivent lor amis mener.

Endurer

Doit on lor voloir

Sanz plaindre et sanz decevoir.

 

– Phelipe, ami voir

N’en sevent pas le pooir.

 

– Sire, tout pour voir,

Dames font le mont valoir.

 

 Wallensköld 1925 = Wallensköld, A.,Les chansons de Thibaut de Champagne, Roi de Navarre, Paris, 1925

 

 

XLVII, P.163   R335  L240,58

Dame, merci! Une riens vos demant,

Dites m’en voir, se Deus vous beneïe:

Quant vous morrez et je — mès c’iert avant,

Car après vous ne vivroie je mie —,

Que devendra Amors, cele esbahie,

Que tant avez sens, valor, et j’aim tant

Que je croi bien qu’après nous ert faillie?

 

     Par Dieu, Thiebaut, selonc mon escïent

Amors n’iert ja pour nule mort perie,

Ne je ne sai se vous m’alez guilant,

Que trop megres n’estes oncore mie.

Quant nos morrons (Deus nos dont bone vie!),

Bien croi qu’Amors damage i avra grant,

Mès toz jorz ert valors d’amors conplie.

 

     Dame, ccrtes ne devez pas cuidier,

Mès bien savoir que trop vous ai amee.

De la joie m’en aim melz et tieng chier

Et pour ce ai ma graisse recouvree

Qu’ainz Deus ne fist si tres bele riens nee

Com vos, mès ce me fet trop esmaier,

Quant nos morrons, qu’Amors sera finee.

 

   Thiebaut, tesiez! Nus ne doit conmencier

Reson qui soit de touz droiz desevree.

Vous le dites por moi amoloier

Encontre vous, que tant avez guilee.

Je ne di pas, certes, que je vos hee,

Mès, se d’Amors me couvenoit jugier,

Ele seroit servie et honoree.

 

——   Dame, Deus doint que vos jugiez a droit

Et conoissiez les maus qui me font plaindre,

Que je sai bien, quels li jugemenz soit,

Se je i muir, Amors couvient a faindre,

Se vous, dame, ne la fetes remaindre

Dedenz son lieu arriers ou ele estoit;

Q’a vostre sens ne porroit nus ataindre.

 

— Thiebaut, s’Amors vous fet pour moi destraindre,

Ne vous griet pas, que, s’amer m’estouvoit,

j’ai bien un cuer qui ne se savroit faindre.

 

 

 

XLVIII, P. 166   R339  L240,32

L’autre nuit en mon dormant

Fui en grant dotance

D’un gieu parti en chantant

Et en grant balance,

Quant Amors me vint devant,

Qui me dist: “Que vas querant?

Trop as corage mouvant;

Ce te muet d’enfance.”

 

Lors tressailli durement;

En grant esmaiance

Dis li: “Dame, se g’entent

A ma grant pesance,

C’est par vostre faus senblant,

Qui m’a mort si cruëlment.

Partir vueil de vostre gent

Par vostre esloignance.

 

— Cil n’avra ja son voloir

A longue duree

Qui por mal ne paine avoir

Change sa pensee;

Oncor t’en puès pou doloir.

Mult doit avoir le cuer noir

Qui por fere son pouoir

Pert sa desirree.

 

— Trop savez bien decevoir,

Nus n’i a duree.

Il n’est pas en son pooir,

Cil qui a vos bee.

Por ce m’estuet remanoir,

Ne truis en vos fors espoir;

Ne bonté ne puis avoir,

S’el n’est conparee.

 

  N’aies si le cuer desvé,

Mès en moi te fie!

Qui est en ma poosté

Plus mauvès n’est mie,

Ainz a cent tanz plus bonté,

Plus valor, plus largeté.

Tost t’avrai guerredoné;

Met t’en ma baillie!

 

– Tant m’avez biau sarmoné

Que ne lerai mie

Que  ne face vostre gré.

Mon cors et ma vie

Met en vostre volenté,

Mau gré ceus qui m’ont mellé

A vous, qui j‘ai creanté

A estre en aïe.

 

Or vos pri merci, pour Dé;

Que cil qui tant a amé

A vous s’umelie.”

 

 

 

 

XLIX, P. 169   R1111  L197,3

Par Dieu, sire de Champaigne et de Brie,

Je me sui mult d’une riens merveilliez,

Que je voi bien que vous ne chantez mie,

Ainz estes pou jolis et renvoisiez;

Car me dites pour quoi vous le lessiez.

Estez revient et la sesons florie,

Que tous li monz doit estre bauz et liez;

Et bien sachiez que mains en vaudrïez,

S’Amors s’estoit si tost de vos partie.

 

     Phelipe, n’ai de chançon fere envie,

Que d’Amors sui partiz et esloigniez.

Je l’ai lonc tens honoree et servie,

N’onques par li ne fui jor avanciez,

Si ne vueil plus de li estre chargiez.

Par tout la voi et remese et faillie,

Mult est ses nons et ses pris abessiez.

Du tout m’en part, et vous si ferïez,

Se ne volez demorer en folie.

 

     Sire, a grant tort m’avez Amors blasmee

Et du partir faus conseil me donez.

S’Amors avez mal servie et guilee,

Pour ce n’est pas ses nons deshonorez,

Que d’Amors vient toute honor et bontez.

Qui bien la sert en fez et en pensee

Ne puet faillir ne remaigne honorez,

Que sanz Amors n’est nus a droit loëz,

Et cil puet bien po valoir qui n’i bee.

 

     Phelipe, Amors est chose forsenee,

Ne nus ne doit sieurre ses volentez.

Tant la conois tricheresse prouvee

Que je pris pou li et ses faussetez,

Ainz me sui si de li servir lassez

Que j’en hé ceus par qui ele est loëe.

Pour ce vous pri que jamès n’en chantez,

Que vous serez touz jorz par li guilez,

Si com je sui, qui ainz n’en oi soudee.

 

— Sire, trop est Amors et douce et chiere,

Et trop m’en plest li servirs et li nons.

Servirai la, sanz moi retrere arriere,

D’uevre et de cuer et de fere chançons.

Quant li plera, s’en avrai guerredons,

Que je la sai loial et droituriere.

S’ele tant est blasmee des felons,

Des desloiaus qui qierent achesons,

Et mult m’est bel, quant il la truevent fiere.

 

— Phelipe, Amors est fausse et trop legiere;

Oncor diroiz que voire est ma resons.

Quant vos savroiz conoistre sa maniere,

Ne tendroiz pas les partiz a bricons.

Trop conois bien Amors et ses façons:

A l’encontrer vos iert de bele chiere,

Puis troveroiz guiles et traïsons;

Et en la fin ne vaut noient li dons:

Trop la covient conquerre a grant proiere.

 

Sire, dehet qui crerra voz sermons!

A fine Amor m’otroi, qui m’a semons,

Et maintendrai ma pensee pleniere.

 

-Phelipe, oncor vendra autre sesons.

Ains qu’en aiez conquis nul bon respons,

Me diroiz vous qu’Amors n’est pas entiere.

 

 

 

 

L, P. 173   R1878  L240,47

Robert, veez de Perron

Conme il a le cuer felon,

Qu’a un si loigtaing baron

Veut sa fille marïer,

Qui a si clere façon

Que l’en s’i porroit mirer!

 

Hé, Deus! Con ci faut reson!

Veez du vis de fuiron!

Gente de toute façon,

Or vos en voi je mener.

Robert, ne vaut un bouton

Qui si l’en lera aler.

 

     Sire, vos doit on blasmer,

S’ensi l’en lessiez mener.

Ce que tant poëz amer

Et ou avez tel pouoir

N’en devez lessier aler

Pour terre ne pour avoir.

 

Mult par avroiz le cuer noir,

Quant vous en savroiz le voir.

N’avroiz force ne pouoir

De li veoir ne sentir;

Et sachiez: si bel avoir

Doit on près de lui tenir.

 

– Robert, je vueil melz morir,

S’il li venoit a plesir,

Que l’en lessasse partir

Pour trestoute ma conté.

Hé, las! qui porroit gesir

Une nuit lez son costé!

 

     Sire, Deus vous dont joïr

De ce qu’avez desirré!

 

     Robert, je m’en crien morir,

Quant il l’ont fet, mau gré Dé!

 

 

 

LI, P. 176   R342   L240,27

J’aloie l’autrier errant

Sanz conpaignon

Seur mon palefroi, pensant

A fere une chançon,

Quant j’oï, ne sai conment,

Lez un buisson

La voiz du plus bel enfant

C’onques veïst nus hon;

Et n’estoit pas enfes si

N’eüst quinze anz et demi,

N’onques nule riens ne vi

De si gente façon.

 

Vers li m’en vois maintenant,

Mis l’a reson:

    Bele, dites moi conment,

Pour Dieu, vous avez non!”

Et ele saut maintenant

A son baston:

    Se vous venez plus avant

Ja avroiz la tençon.

Sire, fuiez vous de ci!

N’ai cure de tel ami,

Que j’ai mult plus biau choisi,

Qu’en claime Robeçon. ”

 

Quant je la vi esfreer

Si durement

Qu’el ne me daigne esgarder

Ne fere autre senblant,

Lors conmençai a penser

Confaitement

Ele me porroit amer

Et changier son talent.

A terre lez li m’assis.

Quant plus regart son cler vis,

Tant est plus mes cuers espris,

Qui double mon talent.

 

Lors li pris a demander

Mult belement

Que me daignast esgarder

Et fere autre senblant.

Ele conmence a plorer

Et dist itant:

“Je ne vos puis escouter;

Ne sai qu’alez querant.”

Vers li me trais, si li dis:

“Ma bele, pour Dieu merci!”

Ele dist, si respondi:

“Ne faites pour la gent!”

 

Devant moi lors la montai

De maintenant

Et trestout droit m’en alai

Vers un bois verdoiant.

Aval les prez regardai,

S’oï criant

Deus pastors par mi un blé,

Qui venoient huiant,

Et leverent un grant cri.

Assez fis plus que ne di:

Je la les, si m’en foï,

N’oi cure de tel gent.

 

 

 

LII, P. 180   R529  L240,33

L’autrier par la matinee

Entre un bois et un vergier

Une pastore ai trouvee

Chantant por soi envoisier,

Et disoit un son premier:

“Ci me tient li maus d’amor.”

Tantost cele part m’en tor

Que je l’oï desresnier,

Si li dis sanz delaier:

“Bele, Deus vos dont bon jor! ”

 

Mon salu sanz demoree

Me rendi et sanz targier.

Mult ert fresche et coloree,

Si m’i plot a acointier:

“Bele, vostre amor vous qier,

S’avroiz de moi riche ator.”

Ele respont: “Tricheor

Sont mès trop lì chevalier.

Melz aim Perrin, mon bergier,

Que riche honme menteor.

 

“Bele, ce ne dites mie;

Chevalier sont trop vaillant.

Qui set donc avoir amie

Ne servir a son talent

Fors chevalier et tel gent?

Mès l’amor d’un bergeron

Certes ne vaut un bouton.

Partez vos en a itant

Et m’amez; je vous creant:

De moi avrez riche don.”

 

Sire, par sainte Marie,

Vous en parlez por noient.

Mainte dame avront trichie

Cil chevalier soudoiant.

Trop sont faus et mal pensant,

Pis valent de Guenelon.

Je m’en revois en meson,

Que Perrinez, qui m’atent,

M’aime de cuer loiaument.

Abessiez vostre reson!”

 

G’entendi bien la bergiere,

Qu’ele me veut eschaper.

Mult li fis longue proiere,

Mès n’i poi riens conquester.

Lors la pris a acoler,

Et ele gete un haut cri:

“Perrinet, traï, traï!” Du bois prenent a huper;

Je la lais sanz demorer,

Seur mon cheval m’en parti.

 

Quant de m’en vit aler,

Si me dist par ranposner:

“Chevalier sont trop hardi!”

 

 

 

LIII, P. 183  R6   L240,49

Seigneurs, sachiez: qui or ne s’en ira

En cele terre ou Deus fu morz et vis

Et qui la croiz d’Outremer ne prendra,

A paines mès ira en Paradis.

Qui a en soi pitié ne remenbrance,

Au haut Seigneur doit querre sa venjance

Et delivrer sa terre et son païs.

 

Tuit li mauvès demorront par deça,

Qui n’aiment Dieu, bien ne honor ne pris;

Et chascuns dit: Ma fame, que fera?

Je ne leroie a nul fuer mes amis.

Cil sont cheoit en trop fole atendance,

Q’il n’est amis fors que cil, sanz dotance,

Qui pour nos fu en la vraie croiz mis.

 

Or s’en iront cil vaillant bacheler

Qui aiment Dieu et l’eneur de cest mont,

Qui sagement vuelent a Dieu aler,

Et li morveus, li cendreus demorront;

Avugle sont, de ce ne dout je mie.

Qui un secors ne fet Dieu en sa vie,

Et por si pou pert la gloire du mont.

 

Deus lassa por nos en croiz pener

Et nos dira au jor ou tuit vendront:

“Vous qui ma croiz m’aidastes a porter,

Vos en iroiz la ou mi angre sont;

La me verroiz et ma mere Marie.

Et vos par qui je n’oi onques aïe

Descendroiz tuit en Enfer le parfont.”

 

Chascuns cuide demoreer touz hetiez

Et que jamès ne doie mal avoir;

Ensi les tient Anemis et pechiez

Que il n’ont sens, hardement ne pouoir.

Biaus sire Deus, ostez leur tel pensee

Et nos metez en la vostre contree

Si saintement que vos puissons veoir!

 

Douce dame, roïne coronee,

Prïez pour nos, Virge bone eüre!

Et puis après ne nos puet mescheoir.

 

 

 

 

LIV, P. 186   R757  L240,11

Dame ensi est q’il m’en couvient aler

Et departir de la douce contree

Ou tant ai maus apris a endurer;

Quant je vous lais, droiz est que je m’en hee.

Deus! Puor quoi fu la terre d’Outremer,

Qui tanz amanz avra fet desevrer

Dont puis ne fu l’amors reconfortee,

Ne ne porent leur joie remenbrer!

 

Ja sanz amor ne porroie durer,

Tant par i truis fermement ma pensee,

Ne mes fins cuers ne m’en let retorner,

Ainz sui a li la ou il veut et bee.

Trop ai apris durement a amer,

Pour ce ne voi conment puisse durer

Sanz joie avoir de la plus desiree

C’onques nus hons osast merci crïer.

 

Je ne voi pas, quant de li sui partiz,

Que puisse avoir bien ne solaz ne joie,

Car onques riens ne fis si a enviz

Con vous lessier, se je jamès vous voie;

Trop par en sui dolenz et esbahiz.

Par maintes foiz m’en serai repentiz,

Quant j’onques voil aler en ceste voie

Et je recort voz debonaires diz.

 

Biaus sire Deus, vers vous me sui guenchiz;

Tout lais pour vous ce que je tant amoie.

Li guerredons en doit estre floriz,

Quant pour vous pert et mon cuer et ma joie.

De vous servir sui touz prez et garniz;

A vous me rent, biaus Peres Jhesu Criz!

Si bon seigneur avoir je ne porroie:

Cil qui vous sert ne puet estre traïz.

 

Bien doit mes cuers estre liez et dolanz

Dolanz de ce que je part de ma dame,

Et liez de ce que je sui desirranz

De servir Dieu, qui est mes cors et m’ame.

Iceste amor est trop fine et puissanz,

Par la couvient venir les plus sachanz;

C’est li rubiz, l’esmeraude et la jame

Qui touz guerist de vius pechiez puanz.

 

Dame des cieus, granz roïne puissanz,

Au grant besoing me soiez secorranz!

De vous amer puisse avoir droite flame!

Quant dame pert, dame me soit aidanz!

 

 

 

LV, P. 189   R1152  L240,4

Au tens plain de felonnie,

D’envie et de traïson,

De tort et de mesprison,

Sanz bien et sanz cortoisie,

Et que entre nos baron

Fesons tout le siecle empirier,

Que je voi esconmenïer

Ceus qui plus offrent reson,

Lors vueil dire une chançon.

 

Li roiaumes de Surie

Nos dit et crie a haut ton,

Se nos ne nos amendon,

Pour Dieu! que n’i aions mie:

N’i ferions se mal non.

Deus aime fin cuer droiturier,

De teus genz se veut il aidier;

Cil essauceront son non

Et conquerront sa meson.

 

Oncor aim melz toute voie

Demorer el saint païs

Que aler povre, chetis

La ou ja solaz n’avroie.

Phelipe, on doit Paradis

Conquerre par mesaise avoir,

Que vous n’i trouverez ja, voir,

Bon estre ne geu ne ris,

Que vous avïez apris.

 

Amors a coru en proie

Et si m’en maine tout pris

En l’ostel, ce m’est a vis,

Dont ja issir ne querroie,

S’il estoit a mon devis.

Dame, de qui Biautez fet hoir,

Je vous faz or bien a savoir:

Ja de prison n’istrai vis,

Ainz morrai loiaus amis.

 

Dame, moi couvient remaindre,

De vous ne me qier partir.

De vous amer et servir

Ne me soi onques jor faindre,

Si me vaut bien un morir

L’amors qui tant m’asaut souvent.

Adès vostre merci atent,

Que biens ne me puet venir,

Se n’est par vostre plesir.

 

Chançon, va moi dire Lorent

Qu’il se gart bien outreement

De grant folie envaïr,

Qu’en lui avroit faus mentir!

 

 

 

 

LVI, P. 194   R273   L240,21

Deus est ensi conme li pellicanz

Qui fet son nif el plus haut arbre sus,

Et li mauvès oisiaus, qui vient de jus,

Ses oisellons ocit: tant est puanz;

Li peres vient destroiz et angoisseus,

Du bec s’ocit, de son sanc dolereus

Vivre refet tantost ses oisellons.

Deus fist autel, quant fu sa passions:

De son douz sanc racheta ses enfanz

Du Deable, qui trop estoit poissanz.

 

Li guerredons en est mauvès et lenz,

Que bien ne droit ne pitié n’a mès nus,

Ainz est urguels et baraz au desus,

Felonie, traïsons et bobanz.

Mult par est or nostre estaz perilleus;

Et se ne fust li essamples de ceus

Qui tant aiment et noises et tençons

— Ce est dos clers qui ont lessié sarnmos

Por guerroier et pour tuër les genz—,

Jamès en Dieu ne fust nus hons creanz.

 

Nostre chiés fet touz noz menbres doloir,

Por c’est bien droiz qu’a Dieu nos en plaingnons;

Et granz corpes ra mult seur les barons,

Qui il poise quant aucuns veut valoir;

Et entro gent en font mult a blasmer

Qui tant sevent et mentir et guiler;

Le mal en font deseur aus revenir;

Et qui mal qiert, maus no li doit faillir.

Qui petit mal porchace a son pouoir,

Li gran ne doit en son cuer remanoir.

 

Bien devrions en l’estoire vooir

La bataille qui fu des deus dragons,

Si com l’en trueve el livre des Bretons,

Dont il couvint les chastiaus jus cheoir:

C’est cist siecles, qui il couvient verser,

So Deus ne fet la bataille finer.

Le sens Mellin en couvint fors issir

Por deviner qu’estoit a avenir.

Mès Antecriz viont, ce poëz savoir,

As maçues qu’Anemis fot mouvoir.

 

Savoz qui sont li vil oisel punais

Qui tuënt Dieu et ses enfançonèz?

Li papelart, dont li nons n’est pia nèz.

Cil sont bien ort et puant et mauvés;

Il ocïent toute la simple gent

Par leur faus moz, qui sont li Dieu enfant.

Papelart font le siecle chanceler;

Per saint Pere, mal les fet encontrer:

Il ont tolu joie et solaz et pès.

Cil porteront en Enfer le grant fès.

 

Or nos dont Deus lui servir et amer

Et la Dame, qu’on n’i doit oblïer,

Et nos vueille garder a touz jorz mès

Des maus oisiaus, qui ont venin es bès!

 

 

 

 

LVII, P. 199   R1181   L240,23

Du tres douz non a la Virge Marie

Vous espondrai cinq letres plainement.

La premiere est M, qui senefie

Que les ames en sont fors de torment;

Car par li vint ça jus entre sa gent

Et nos geta de la noire prison

Deus, qui pour nos en sousfri passion.

Iceste M est et sa mere et s’amie.

 

A vient après. Droiz est que je vous die

Qu’en l’abecé est tout premierement;

Et tout premiers, qui n’est plains de folie,

Doit on dire le salu doucement

A la Dame qui en son biau cors gent

Porta le Roi qui merci atendon.

Premiers fu A et premiers devint hom

Que nostre loi fust fete n’establie.

 

Puis vient R, ce n’est pas controuvaille,

Qu’erre savons que mult fet a prisier,

Et sel voions cbascun jor tout sanz faille,

Quant li prestres le tient en son moustier;

C’est li cors Dieu, qui touz nos doit jugier,

Que la Dame dedenz son cors porta.

Or li prions, quant la mort nous vendra,

Que sa pitiez plus que droiz nous i vaille.

 

I est touz droiz, genz et de bele taille.

Tels fu li cors, ou il n’ot qu’enseignier,

De la Dame qui pour nos se travaille,

Biaus, droiz et genz sanz teche et sanz pechier.

Pour son douz cuer et pour Enfer bruisier

Vint Deus en li, quant ele l’enfanta.

Biaus fu et genz, et biau s’en delivra;

Bien flst senblant Deus que de nos li chaille.

 

A est de plaint: bien savez sanz dotance,

Quant on dit a, qu’on se plaint durement;

Et nous devons plaindre sanz demorance

A la Dame qui ne va el querant

Que pechierres viengne a amendement.

Tant a douz cuer, gentil et csmeré,

Qui l’apele de cuer sanz fausseté,

ja ne faudra a avoir repentance.

 

Or li prions merci pour sa bonté

Au douz salu qui se conmence Ave

Maria! Deus nous gart de mescheance!

 

 

 

LVIII, P. 203   R1410  L240,37

Mauvès arbres ne puet florir,

Ainz seche touz et va crollant;

Et hons qui n’aime, sanz mentir,

Ne porte fruit, ainz va morant.

Flor et fruit de cointe senblant

Porte cil en qui nest amors.

En ce fruit a tant de valors

Que nus nel porroit elligier,

Que de touz maus puet alegier.

Fruit de Nature l’apele on

Or vos ai devisé son non.

 

De ce fruit ne puet nus sentir,

Se Deus ne le fet proprement.

Qui a Dieu amer et servir

Done cuer et cors et talent,

Cil queut du fruit trestout avant,

Et Deus l’en fet riche secors.

Par le fruit fu li premiers plors,

Quant Eve fist Adam pechier;

Mès qui du bon fruit veut mengier

Dieu aint et sa Mere et son non,

Si queudra le fruit de seson.

 

Seigneur, de l’arbre dit vos ai

De Nature, de qu’amors vient;

Du fruit meür conté vous ai

Que cil quieut qui a Dieu se tient;

Mès dou fruit vert me resouvient

Qui ja en moi ne meürra:

C’est li fruiz en qu’Adans pecha.

De ce fruit est plains mes vergiers:

Dès que ma dame vi premiers,

Oi de s’amor plain cuer et cors,

Ne ja nul jor n’en istra fors.

 

Bien cuit dou fruit ne gousterai

Que je cueilli, ançois m’avient

Si conme a l’enfant, bien le sai,

Qui a la branche se soustient

Et entor l’arbre va et vient

Ne ja amont ne montera;

Ensi mes cuers foloiant va.

Tant par est granz mes desirriers

Que je en tieng mes granz maus chiers,

Si sui afinez con li ors

Vers li, qui est touz mes tresors.

 

Deus! se je pouoie cueillir

Du fruit meür de vous amer,

Si com vous m’avez fet sentir

L’amor d’aval et conparer,

Lors me porroie saouler

Et venir a repentement.

Par vostre douz conmandement

Me donez amer la meillor:

Ce est la precïeuse flor

Par qui vos venistes ça jus,

Dont li Deables est confus.

 

Mere Dieu, par vostre douçor

Du bon fruit me donez savor,

Que de l’autre ai je senti plus

C’onques, ce croi, ne senti nus!

 

Phelipe, lessiez vostre error!

Je vos vi ja bon chanteor.

Chantez, et nos dirons desus

Le chant Te Deum laudamus.

 

 

 

LIX, P.208   R1475   L240,15

De chanter ne me puis tenir

De la tres bele esperitaus,

Que riens du mont ne puet servir

Qui ja viengne honte ne maus;

Que li Rois celestïaus,

Qui en li daigna venir,

Ne porroit mie sousfrir

Qui la sert q’il ne fust saus.

 

Quant Deus tant la vout obeïr,

Qui n’estoit muables ne faus,

Bien nos i devons dont tenir,

Dame roïne naturaus!

Cil qui vous sera fëaus,

Vous li savroiz bien merir;

Devant vos porra venir

Plus clers qu’estoile jornaus.

 

Vostre biauté, qui si resplent,

Fet tout le monde resclarcir.

Par vous vint Deus entre la gent

En terre pour la mort sousfrir

Et a l’Anemi tolir

Nos et geter de torment.

Par vous avons vengement

Et par vous devons garir.

 

David le sout premierement

Que de lui devïez oissir,

Quant il parla si hautement

Par la bouche du Saint Espir.

Vous n’estes mie a florir,

Ainz avez flor si poissant:

C’est Deus, qui onques ne ment

Et par tout fet son plesir.

 

Dame, plaine de granz bontez,

De cortoisie et de pitié,

Par vous est touz renluminez

Li mondes, nès li renoié;

Quant il seront ravoié

Et crerront que Deus soit nez,

Seront sauf, bien le savez.

Dame, aiez de nos pitié!

 

Douce Dame, or vos pri gié

Merci, que me desfendez

Que je ne soie dampnez

Ne perduz par mon pechié!

 

 

 

 

LX, P. 211   R1843  L240,17

De grant travail et de petit esploit

Voi le siecle chargié et enconbré,

Que tant sonmes plain de maleürté

Que rius ne pense a fere ce q’il doit;

Ainz avons si le Deable troussé

Qu’a lui servir chascuns paine et essaie;

Et Dieu, qui ot pour nos la cruël plaie,

Avons mès tuit arriere dos bouté:

Mult est hardiz qui pour mort ne s’esmaie.

 

Deus, qui tout set et tout puet et tout voit,

Nos avroit tost un entredeus geté,

Se la Dame, plaine de grant bonté,

Qui est lez lui, pour nous ne li prioit.

Si tres douz mot plesant et savoré

Le grant coroz du grant Seigneur rapaie.

Mult par est fous qui autre amor essaie,

Qu’en cesti n’a barat ne fausseté,

Ne es autres ne merci ne manaie.

 

La soriz qiert, por son cors garantir

Contre l’iver, la noiz et le forment,

Et nous, chetif ! n’alons mès riens querant,

Quant nos morrons, ou nos puissons guerir;

Nous ne cerchons fors qu’Enfer le puant.

Ore esgardez q’une beste sauvage

Porvoit de loing encontre son damage,

Et nous n’avons ne sens ne escïent;

Il   m’est a vis que plain sonmes de rage.

 

Deables a geté pour nous sesir

Quatre aimeçons aoschiez de torment:

Couvoitise lance premierement

Et puis Orgueil pour sa grant roiz enplir;

Luxure va le batel trainant,

Felonie les gouverne et les nage.

Ensi peschant s’en viennent au rivage,

 

Dont Deus nos gart par son conmandement,

En qui sainz fonz nous feïsmes honmage!

 

Les preudonmes doit on tenir mult chiers

La ou il sont et servir et amer,

Mès a paines en puet on nus trouver,

Car il sont mès si com li faus deniers

Que on ne puet en trebuchet verser,

Ainz le gete on sanz coing et sanz balance;

Torz et pechiez en eus fine et conmence.

Faus tricheor, bien vous devroit menbrer

Que Deus prendra de vos cruel venjance!

 

A la Dame qui touz les biens avance

T’en va, chançon! S’el te veut escouter,

Onques ne fu nus de meillor cheance.

 

 

 

LXI, P. 214   R84  L240,8

Conmencerai

A fere un lai

De la meillour.

Forment m’esmay,

Que trop par ai

Fet de dolour,

Dont mi chant torront a plour.

Mere Virge savouree,

Se vous fetes demouree

De prïer le haut Seignour,

Bien doi avoir grant paour

Du Deable, du Felon,

Qui en la noire prison,

Nous veut mener,

Dont nus ne puet eschaper;

Et j’ai forfet, douce Dame,

A perdre le cors et l’ame,

Se ne m’aidiez.

Douz Dieus, aiez

Merci de mes vils pechiez!

Ou sera merci trouvee,

S’ele est de vous refusee,

Qui tant valez?

Sire, droiture oublïez

Et destendez vostre corde,

Si vaigne misericorde

Pour nous aidier!

Nous n’avons de droit mestier;

Quant seur touz estes puissanz,

Bien devez de voz serganz

Avoir merci.

Biaus, douz Sire, je vous pri

Ne me metez en oubli!

Se pitié ne vaint venjance,

Dont serons nous sanz doutance

Trop mal mené.

Dame, plaine de bonté,

Vostre douz mot savouré

Ne soient pas oublïé!

Prïez pour nous!

Jamès ne serons rescous,

Se ne le sonmes par vous,

De voir le sai.

Ci lesserai;

Et Dieus nous doint sanz delai

Avoir son secours verai!

 

 

 

 

APP, I, P.218   R106  L240,41

Poinne d’amors et li maus que j’en trai

Font que je chant amorous et jolis

Et en chantant rover– ce qu’ainz n’osai-

Cele cui j’aing que ne fusse escondiz

De tel don con de joie;

Mais ce n’iert ja que doie

Avoir tel bien de li,

Se par pitié borie Amors, que j’en pri,

Ne fait, ausi con je sui suens, soit moie.

 

Lëaus Amors, de voz maus que ferai?

Consoilliez moi: je sui de vos sopris.

Celerai je ma dame ou li dirai

Que por li sui en poinne, et m’i a mis?

Li celers m’i guerroie,

Et se je li disoie,

Tost diroit: “ Fui de ci!”,

Et il n’est rien que je resoigne si,

Si me tairai, face sens ou foloie,

 

Fors qu’en chantant ensi me deduirai,

En atendant — ce qu’Amors m’a promis –

D’avoir merci, quant deservi ne l’ai,

De la moillor, cui je ai lonc tens quis;

Et se je requeroie

Ma dame et g’i failloie,

Si com autre ont failli,

Jamais desduit en espoir si joli

N’avroit en moi, si aing mieuz qu’ainsi soie.

 

Tresdont que vi ma dame, m’i donai;

Ainz puis ne fui de li amer faintis,

Ne ja ne vuille Amors qu’en nul delai

Mete le douz penser qu’en li ai pris.

Mieuz penser ne savroie

Et plus je ne porroie

Amors metre en obli,

Si me covient en espoir de merci

Vivre et menoir; pour rien ne recroiroie.

 

Aucune gent m’ont demandé que j’ai,

Quant je si port pesme color ou vis;

Et je lor ai respondu: “Je ne sai”,

Si ai menti: c’est d’estre fins amis.

Ensi mes cuers lor noie;

Et por quoi lor diroie,

Quant ma dame nou di,

Qui m’a navré et tost m’avroit gari,

S’ele voloit et ele en fust en voie?

 

Au Pui d’Amors couvenance tenrai

Tout mon vivant, soie amez ou haïs.

[…]

 

 

 

APP., II, P. 221   R306  L65,62

Quant fine Amor me prie que je chant,

Chanter m’estuet, car je nel puis lessier,

Car je sui si en son conmandement

Qu’en moi n’a mès desfense ne dangier.

Se la bele, qui je n’os mès prïer,

N’en a merci et pitiez ne l’en prent,

Morir m’estuet amoreus en chantant.

 

Morir m’estuet, s’Amors le me consent,

Car sanz Amor ne me puet riens aidier;

Et quant de li viennent tuit mi torment,

Bien me devroit ma dolor alegier.

Pour ce li pri qu’ele vueille essaier

S’ele a pouoir vers celi qui j’aim tant,

Par prïere ne par conmandement.

 

Tuit mi desir et tuit mi fin talent

Viennent d’Amors, c’onques ne soi trichier,

Ainz sai amer si esmereement,

Douce dame, qui ja ne qier changier.

Dès icel jor que vous soi acointier,

Vous donai si cuer et cors et talent

Que riens fors vous ne me feroit joiant.

 

Quant si me sui affinez finement

En fine amor qn’autre deduit ne qier

— Ne fins amis ne doit vivre autrement,

Mès q’il n’en puist partir ne esloignier-

Se bien amer me puet avoir mestier,

J’avrai joie de vostre biau cors gent,

Bele et bonne de douz acointement!

 

Se Deus me doint riens que je li demant,

El mont n’a riens qui tant face a proisier

Con cele fait de qui ma chançon chant.

De grant valor et de bon pris entier

Plus puet valoir qu’en ne puet souhedier.

Or me dont Deus amer et servir tant

Qu’aie merci, car merci vois querant!

 

Par Dieu, Gilles, bien me puis afichier

Que j’aim du mont toute la melz vaillant,

La plus cortoise et la plus avenant.

 

Chançon, va t’en, garde ne te targier,

Et di Noblet que cuers qui se repent

Ne sent mie ce que li miens cuers sent.

 

 

 

 

APP., III, P. 224    R308   L240,5

Bele et bone est cele por qui je chant,

S’en doivent bien mes chançons amender.

Onques nul jor puis que la vi avant,

Ne poi aillors q’a li mon cuer torner;

Mès mout souvent me tormente et esmaie

Ce que je l’ai tant servie en manaie,

Quant ne me veut de riens gueredoner,

Fors seulement qu’apris m’a a chanter.

 

Contesse a droit la doit on apeler

De tot valoir et de tot avenant.

S’outrageus fui de hautement penser,

Souvent me vient mes biaux forfais devant.

Trop cruëlment et jor et nuit m’essaie

Loiaus amors, qui de riens ne m’apaie.

Tant me puis fins et loiaus esprouver,

Et Deus m’i dont morir ou recouvrer!

 

Por Dieu, Amors, se vos en mon vivant

De nule riens me devez conforter,

Por quoi vos plest a moi traveillier tant?

De toz amanz en fetes a blasmer,

Si ne dot pas que biens ne m’en eschaie;

Car joie avrai de bone amor veraie,

Ou je morai fins amanz sanz fauser

A vos qu’Amors ne m’i puet pas grever.

 

Merci puis bien de vrai cuer desirrer

Et requerre mout souvent en chantant,

Mès autrement ne li os demander,

Tant par redout les biens dont ele a tant.

Ne cuidiez pas que d’amors me retraie,

Douce dame, por dolor que j’en aie!

Je n’ai pouoir que vos puisse oublier,

Si me dont Deus en vos merci trouver!

 

Droit a Thoumas de Cousi ne delaie,

Chançons, et di que bone amor veraie

Tiengne toz tens son cuer sanz remuër;

Ensi poura bien son pris amender.

 

 

 

 

APP, IV, P.227    R525   L240,50

Tant ai Amors servie et honoree

Bien m’i deüst mon servise merir,

Mès ma dolor n’iert ja guerredonee,

Qu’a moi ne puet joie d’Amors venir.

Hé, Deus! Conment me porroie esjoïr,

Quant je esloing la riens qui plus m’agree!

 

Se li miens cors se part de sa contree,

Ne s’en veut pas pour ce li cuers partir:

G’en port mon cors, mès g’i lès ma pensee.

Qui près aime, de loig ne puet haïr;

Ne près ne loig ne puet vrais cuers guenchir,

Ne ja amors n’iert de mon cuer sevree.

 

Ele est et bele et bone et bien senee;

S’ele a s’amor m’i daignoit consentir,

Adonc seroit ma dolor oublïee.

Je l’amerai, s’en devoie morir,

Car plus me plest pour li amer languir

Que par autre fust ma dolor sanee.

 

En pou d’eure fu bien ma mort juree

Sanz moi avant defier et garnir.

Si oeil riant, sa face coloree,

Ses biaus parlers, qui tant plest à oïr,

M’i sorent bien decevoir et traïr,

Qu’encontre aus trois n’a ma reson duree.

 

Toute biauté est en li aünee;

Sousfrete en ot Deus a moi enbelir.

Et quant biauté est toute a li donee,

Deus, qui me fist a la biauté faillir,

M’a doné cuer verai pour vous servir,

S’il vous plesoit, douce dame honoree!

 

Amis verais ne se puet resortir,

Car ne font pas bone amor amenrir

Ne cors lointains ne longue demoree.

 

 

 

 

APP., V, P. 229     R733  L240,31

Je n’os chanter trop tart ne trop souvent,

Ne si n’ai gré de chanter ne de taire;

Ainz ai servi en pardon longuement,

Que je cuidai adès tant dire et faire

Que je peüsse a cele meilleur plere

Qui m’ocirra, se Amors li consent,

Tout a loisir por plus fere torment.

 

Tuit mi maltret fussent a mon talent,

Se ja nul jor en cuidasse a chief traire,

Mès je voi bien que ne m’i vaut noient,

Qu’amors m’ont si atorné mon afere

Qu’amer ne l’os ne ne m’en puis retrere.

Ensi me tient Amors, ne sai conment,

C’un poi la hé tres amoreusement.

 

Ensi m’estuet et haïr et amer

Celi a qui ne chaut de mon martire.

S’ele m’ocit, de poi se puet vanter,

Q’il n’i couvient pas trop grant maiestire

De son ami engingnier et ocirre.

Nus ne se doit vers s’amie garder,

S’il ne la veut du tout lessier ester.

 

Mult me sout bien esprendre et alumer

Au biau parler et au simplement rire.

Nus ne l’orroit si doucement parler

Qui ne cuidast de s’amor estre sire.

Par Dieu, Amors! ce VOS puis je bien dire

Qu’on vous doit bien servir et honorer,

Mès d’un petit s’i puet ori trop fïer.

 

Tant me fera et languir et douloir

Com li plera, q’ele en a bien poissance,

Puis que merciz ne me puet riens valoir

Fors biaus parlers et servise et sousfrance,

Et avec ce i recouvient cheance.

Tant i couvient, qui joie en veut avoir,

Par un petit que ne m’en desespoir.

 

Amors me tient, qui ne me let mouvoir,

Ainz me detient autresi par senblance

Conme celui qui a presté avoir

A mal detor sanz plege et sanz fìance,

Que ne li ose escondire creance.

Ensi me tient Amors en son pouoir

Q’il me couvient ce qu’ele veut vouloir.

 

 

 

APP., VI, P. 233    R790a  L151,1

Bone dame me prie de chanter,

Si est bien drois que je por li l’empraigne;

Autre raison n’i puis je maiz trouver,

Quar ma dolour croist adès et engraigne.

Amours m’ocit, ne sai a cui m’en plaigne,

Quant n’os gehir ne dire mon penser

A la bele, qui me fait endurer

Les greigneurs maus que nus amans soustaigne.

 

Se merci quier et ne la puiz trouver,

Morir m’estuet sanz pluz longue bargaigne;

Seul pour itant me devroie haster.

Vie vaut pou; qui si se descompaigne

De toute joie a cui granz bienz soufraigne,

Bien doit sa mort voloir et desirrer.

Las! tant mar vi son tres simple vis cler,

Qu’ensi ocist mon fin cuer et mahaigne.

 

De ce me lo dont j‘oi autrui blasmer:

Ja ma dame ne seüst ma pensee

Ne mon voloir, ne fust par deviner

Qu’en avront fait la gent maleüree,

Qui dit li ont que plus l’aim que rienz nee;

Il dïent voir et si quident gaber.

Si me laist Deus a ma joie achiever,

Que touz fui suens, dès que l’oi esguardee!

 

Chaitive gent, que vous vaut a blasmer?

S’aidié m’avez, de rienz ne vous agree.

Quoi qu’aiez dit, ne vous porroie amer,

Quar par vous est mainte amours dessevree;

Et mainte joie eüst esté dounee,

S’on ne doutast vostre felon parler.

Chascuns vous doit fuïr et eschiver

Qui honte crient et a haute honor bee.

 

Chançon, va t’en — ne demore pluz ci! —

A la bele qui m’a en sa baillie;

Et pour pitié et pour douçour li pri

Que envers moi de ce ne li poist mie

Se li felon ont dit lor estoutie.

Ne l’ai pas fait, n’i ai mort desservi.

Qui me dounast tout l’avoir de Berri,

Ce qu’il ont dit ne lor deïsse mie.

 

Dame de Blois, la vostre seignorie

Croist chascun jour, la Damedieu merci!

Il est bien drois, qu’ainc si bone ne vi

En touz bons fais n’en douce compaignie.

 

 

 

 

APP., VII, P. 236   R1127  L240,40

Onkes ne fut si dure departie

Comme de ceauls ki aimment per amors.

Quant li amans se depairt de s’amie,

C’est une mors et unc teils dolors

Ke cil ki l’ont prisent moult pouc lor vie,

Car li solais, li biens et li dousors

K’il ont entre eaus esprovee et sentie

Lor torne plus a poene k’a secors.

 

Lais, dolerous! Or est ma vie outree,

Quant laissiet m’ait celle per estevoir

Ke jeu ai plux ke tout le mont amee;

Trop la desir et se l’ain trop por voir.

Maix se je l’ain et je l’ai desirree,

C’est mes confors; c’on doit de boin avoir

Estre en atente et faire consirree,

Per coi la puisse aucune fois avoir.

 

Douce dame, je seux en esperance

C’après lait tens doie biaus tens venir.

Tormenteis seux, maix teilz est ma fiance

C’ancor vos cuit acoleir et sentir.

Douls est li biens ki vient de grant souffrance,

Et bien doit in atendre et soustenir,

Quant la dousor respont a la grevance,

Car dont puet on a grant joie venir.

 

Belle, j’ain moult l’angoisse et le messaixe

Ke me covient por vos a andureir.

Boens est li mais dont on vient a grant aixe;

Por ceu se doit fins amans moult peneir,

C’om ne puet riens sons poene avoir ki plaixe.

Li fruit d’amors seivent bien meüreir;

Ke por atendre un pou sa dolor paixe,

Plux doucement li plaist a savoreir.

 

Dame, or vos proi ke de moi vos souvaigne

Et ke ne truesse en vos desloiaultei,

Ke vostre amor a toz jors me soustaigne,

Car bien saichiés: je vos port fïaultei.

Or vos gairt Deus, coi ke de moi avaigne;

C’om sercheroit toute une roiaultei,

Ains c’om trovaist dame en cui tant avaigne

De cors, de vis et de toute biaultei.

 

Chanson, vai t’en, di bien ma dame et prie

K’elle n’oblist ne ma poene ne moy!

De l’oblïeir seroit grant velonnie.

Por ceu m’otroit s’amor, ou je m’otroi!

Car elle ait tout mon cuer en sa baillie,

S’est bien raixons c’aie le sien en foi,

Car li felon medixant per envie

Veullent torneir bone amor a desroi.

 

 

 

APP.VIII, P. 239   R1516  L240,12

Dame, cist vostre fins amis,

Qui tout son cuer a en vous mis

– De vos amer est ai sorpris

Que de jor et de nuit est pris-,

Vos mande que sachiez de voir

Q’il vous aime sanz decevoir;

En vos amer n’a pas mespris.

 

Dame, quant de vous me souvient,

Une tel joie au cuer me vient,

Qu’Amors me lace, qui me tient.

Vostre douz regarz me soustient,

Qui soëf m’a le cuer enblé;

Et souvent me ra il senblé

Que de vous toute joie vient.

 

Amors, aiez de moi merci,

Que mon cuer, qui n’est mie ci,

Fetes joiant, et prïez li

Que il li souviengne de mi!

Mès certes vous n’en feroiz rien,

Que je vous aim seur toute rien;

Pour ce sel metroiz en oubli.

 

Onques nus ne vos ama tant

Com je faz, qui touz jorz entent

A vos servir veraiement.

Pour ce sont perdu li amant

Que trop leur fetes acheter

Ce dont il devroient chanter.

Deus! Si fetes pechié trop grant.

 

Dame, merci, merci cent foiz!

Pitiez vous praingne a ceste foi

De moi, qui sui ensi destroiz

Pour vous qu’or sui chauz, or sui froiz,

Or chant, or plor et or souspir.

Je conmant a vos mon espir;

Ne sai se merci en avroiz.

 

 

 

APP., IX, P. 241   R1562  L240,38

Ne rose ne flor de lis

Ne des oisiaus li chant

Ne douz mais ne avris

Ne rosignous jolis

Ne m’i fet si joiant

Ne pensis

Com haute amour seignoris,

Que d’amor

Viennent mi chant et mi plor

Ne d’autre labour

Ne sert mes cuers a nul jor.

 

Si bonement m’a conquis

Ma dame en esgardant

Que, tant com soie vis,

Ne serai fors qu’amis.

Morir en atendant,

Ce m’est vis,

Me seroit honors et pris,

Qu’en amour

N’a nule si haute honor

A fin ameor

Com pour li sousfrir dolor.

 

Dame d’onor et de pris,

Com seroit bien seant

Qu’en vostre simple vis,

De grant biauté espris,

Trouvasse un douz senblant

Et un ris

Qui fust senblanz a merciz,

Car d’amor

N’ai je riens, fors que j’aor

Des dames la flor

Et de biauté mireor!

 

Bele, quant du douz païs

Serai tournez plorant,

Pri vous, frans cuers gentis,

Que de vous soie fis

D’un “A Deu vous conmant,

Biaus amis!”

Lors avrai tout a devis

Bone amor.

Ne creez losengeor

Ne faus tricheor,

Tant en i viengne des lor.

 

Mon seignor

De Bar, qui pris et valor

Maintient chascun jor,

Doigne Deus joie et honor!

 

 

 

 

APP., X, P 245   R1684  L265,1404

Kant Amors vit ke je li aloignoie

Et j’oi mon cuer retrait de sa prixon,

Se li fut vis ke trop la resoignoie,

Lors m’asailli d’une estrainge tenson

Et dist: “Thiebaus, jai fustes vos mes hom.

Or me moustreis keil tort je vos faissoie,

Ke me voleis guerpir en teil saixon!

 

— Certes, Amors, aisseis i troveroie

Por vos guerpir forfait et mesprixon,

Maix ne voi riens ke je conquerre i doie;

Por ceu vera vos ne demant se paix non;

Si soiés dame, et jeu una povres hom,

Ki n’ai talent ke jamaix a vos soie,

Se Deus me done aillors ma guerixon.

 

— Certes, Thiebaut, je me correceroie,

S’encor de moy ne feïssiés chanson.

Vostres chanteirs me plaist et esbanoie,

Car moult vos voi de belle entencion.

Or ne quereis vera moi nulle ochoison

Ke bien saichiés, cui si grana pueples proie,

K’il ne puet pais a tous faire raison.

 

— Jai Deus, Amors, ma proiere ne croie,

Quant vos en moy jamaix avrois parson,

Ke fai lou duel dont li autre ont la joie,

Et s’avez fait de moi autrui garson.

Com l’aveugles quiert la voie a baston,

Vos ai je quis, et se ne vos veoie.

Trop estes trouble, et s’aveis si cleir nom.

 

– Coment, Thiebaut, […]

[…] ne vos ravrai je dont?

– Nenil, Amors, en perdon se foloie

Ke maix me vuelt remettre en teil prixon.

 

Tous jors vos ai porteit loiaul tesmoing, | et vos m’aveis jüet d’une corroie | ou je ne puis faire se perdre non.”